UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> Actualités > Le billet de Marc Fayet > Sur la Provence : des hommes-loups attaqués par des tigres << Retour

Dernières actualitésLe billet de Marc Fayet

Le regard et la plume de Marc Fayet

Sur la Provence : des hommes-loups attaqués par des tigres


Les rumeurs allaient bon train depuis la Gare d’Aubagne non loin du village départ autour duquel, malgré des barrières destinées à éloigner un mal invisible, ou tout au moins le dissuader à se répandre, semblaient rôder plusieurs meutes affamées, attirées par la perspective de l’ouverture d’un formidable terrain de chasse. Parmi ces groupes aux origines internationales, une semblait la plus vorace de toute, la Wolfpack comme elle aime à se nommer, composée d’individus venus de Belgique mais issus de croisements savamment contrôlés par un éleveur sagace et qui depuis plus de 40 ans est passé maître dans l’art du métissage pour devenir le chasseur d’élites le plus titré au monde. Aussi est-il venu avec une meute composée d’un mélange Franco-Italo-Dano-Tchéko-Belge, certainement la plus féroce en ces temps de disette, car ils ont bien senti, comme leurs homologues du monde entier, qu’il fallait franchir les frontières, leur instinct les guidant jusqu’en France, puisqu’il n’y a qu’ici qu’ils pourraient trouver une pitance suffisante pour leurs estomacs affamés.

Dès le premier jour, parcourant discrètement les collines Pagnolesques des Bouches du Rhône, ils se fondirent dans le décor au milieu des autres bandes assoiffées jusqu’à ce qu’ils surgissent en bord de mer et c’est à Six-fours que l’un d’eux dévora tout cru l’Arnaud, le plus beau spécimen que son Groupama ne parvint pas à protéger. C’est un beau spécimen de 65 kilos de muscles le dénommé Davide Ballerini qui endossa la pelisse aux couleurs Mondrian, devenant ainsi le chef d’une meute de 140 mâles où on ne tarderait pas à lui contester la suprématie. Mais hélas même le deuxième jour de leur transhumance qui les menait sur les terres Manosquines de Jean Giono, qui écrivit si bien sur la sauvagerie des hommes et des bêtes, aucun individu ne parvint à dominer le loup Italien, même quand le mâle dominant du Pack, le mâle Alpha qu’on appelle aussi Alaph, à l’impétuosité bouillonnante, chuta peu avant de franchir la ligne. Ainsi semblait s’instaurer le pacte des loups, quand la docilité des individus inférieurs, qu’on appelle aussi Oméga laissent le pouvoir aux plus intraitables.  

Au troisième jour de cette progression de troupe, voici qu’ils devaient tous affronter les sous-bois brumeux du Mont Ventoux entre épais brouillard et lumière éclatante, sorte d’alternance favorable à une attaque éclair et c’est là que devait se dérouler le combat des chefs, là qu’enfin l’autorité suprême devait s’instaurer. Ce que n’avaient pas tout à fait prévu le Wolfpack, ni même les 130 spécimens survivants qui les suivaient avec soumission, c’est que deux frêles chats Colombiens qu’on nomme là-bas des Leopardos (Mi-chat, Mi-tigres) maîtriseraient la chasse à leur tour, mais en altitude cette fois, atout primordial en cette après-midi humide et glaciale. C’est ainsi que les deux jeunes félins (47 ans à eux deux) attendirent de passer la barre des 1200 mètres pour sortir leurs crocs et leurs griffes pour ne laisser à aucun autre individu le soin de dominer la meute nouvellement constituée. Le nouveau dominant s’appelait Ivan et ne paraissait pas si terrible, son second encore moins effrayant se nomme Egan et on connaît déjà son appétit quand il avala un tour de France à lui tout seul ! Pourtant ils paraissent tous deux si frêles et presque faméliques. Mais leur appétit d’ogre les poussait à faire remparts, depuis ceux d’Avignon, pour empêcher Julian, le loup français, de trouver un fauteuil bien au chaud dans le Salon de Provence, ce qu’il parvint à faire pourtant grâce à quelques secondes dévorées à la faveur de quelques sprints bienvenus. Ce fut donc une dernière cavalcade dans la ville de Nostradamus où le mage avait peut-être prédit la victoire du solide Phil Bauhaus l’ours allemand. Las ! lui comme les autres n’auront pas même fait vibrer les oreilles des chats-tigres Colombiens qui s’offrent un double podium, enserrant dans leurs canines tranchantes celui qui complète ce tiercé de rimes en « an ». Classement de ce grand moment dans ce nouvel an : Ivan, Julian, Egan.

De Marc FAYET, comédien, auteur dramatique et metteur en scène français

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore