UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> Actualités > Le billet de Marc Fayet > Tim Wellens, l'étoile filante des ciels de Bessèges << Retour

Dernières actualitésLe billet de Marc Fayet

Le regard et la plume de Marc Fayet

Tim Wellens, l'étoile filante des ciels de Bessèges


N’en déplaise à Hubert Reeves, les étoiles c’est bien à Bessèges qu’on les voit les mieux, surtout au mois de Février. Ici c’est l’endroit idéal pour les regarder, les tutoyer et les approcher sans les toucher, mesures sanitaires obligent. Il s’agit bien entendu des étoiles du cyclisme mondial qui se sont données rendez-vous pour rendre hommage à Roland Fangille, cet organisateur lumineux, qui après avoir rendu accessible son étoile d’ici-bas est allé compter combien il y en avait là-haut. Comme on sait qu’il y en a des myriades, il aura l’éternité pour en faire la comptabilité, souhaitant par-delà les nuages, qu’il y ait autant d’éditions qu’il y a d’étoiles au firmament. Il paraît que certains pouvaient encore l’apercevoir faire des signaux aux coureurs tel un signaleur au plus haut des cieux pour leur montrer le bon chemin et les mettre en garde des mauvaises embûches. A l’entame de cette édition souvenir, sur les routes de Bellegarde, il fallait être un comptable et c’est un nommé Delettre Alexandre, ce jeune coureur de l’équipe Delko au style juvénile, qui a choisi de glaner des points pour ambitionner d’être le meilleur grimpeur là où les cols ressemblent plus à des faux cols roulants qu’à des cols roulés. Mais lorsqu’on est sur les terres de Christophe Laporte, on sait bien que s’il y en a bien un qui a le droit d’ouvrir celle de l’arrivée c’est bien lui, remportant du haut de la côte de la Tour, une fameuse option pour un succès nouveau sur ce grand Tour du Gard, lui le bon gars, lauréat de 2019. Le lendemain c’est encore le petit Alexandre le conquérant qui s’est remis à compter encore pour bien faire comprendre que pour lui, des chiffres et Delettre ne font qu’un. Il restera le meilleur grimpeur jusqu’au bout. 

Bingoaaaaaal ! Ont dû hurler à la manière des commentateurs de foot Brésiliens leurs homologues cyclistes Belges quand Timothy Dupont a remporté le sprint de la deuxième étape devant un gratin mondial dont certains se sont retrouvés un peu cramés sur le dessus, la faute à quelques gouttes de Gasoil répandues sur la chaussée devenue glissante sur un maudit rond-point de Calmette, où plus d’un aurait pu y laisser sa clavette.   

Un spectacle terrible pour les valeureux spectateurs masqués mais que leur rempart en tissu a pu dissimuler de la stupeur qui les saisit et dont ils parleront longtemps. Le seul avantage des masques mais aussi leur handicap c’est certainement de dissimuler la démonstration de toute émotion, mais à voir les yeux des gens sur le bord de la route tout au long de ces 5 jours, il était possible d’y lire du bonheur, celui de voir la course se dérouler en dépit de tout. On ne sait pas de quoi ces champions sont faits, pour sembler s’être tout brisé le Jeudi et le Vendredi tourner les jambes telles des bielles parfaitement huilées. De l’essence et de l’huile, voici le mélange nouveau de certains malchanceux. Le lendemain sur les routes de Bessèges, la ville où tout commença il y a 51 ans, peut-être piqués au vif d’avoir été critiqués pour leur curieux anonymat, ce sont les coureurs les plus étoilés (Des vainqueurs de Tours, des champions du monde, des stars au palmarès des plus grandes classiques… etc… ) qui dans un peloton d’une quinzaine de coureurs ont décidés de laver leur honneur. Il s’agissait d’Egan Bernal, Philippe Gilbert, Greg Van Avermaet, Michal Kwiatkwovski et d’autres non moins ternes, la liste est trop flatteuse, qui décidèrent de rendre un hommage appuyé à l’organisateur disparu qui devait admirer son pays si bien fréquenté depuis son nouveau royaume et ce fut Tim Wellens qui en devint le roi Belge et il fallait s’en méfier parce qu’un Belge qui en veut, en vaut deux dans chaque jambe. C’est par cet exploit qu’il put ravir la tunique Corail à Christophe Laporte qui n’avait plus que du jaune à se mettre sous les dents, car ici le jaune c’est les points, le corail c’est la tête. Alors depuis Rousson l’Occitane une nouvelle escouade se mit en place puisqu’il paraissait possible qu’un rescapé de l’échappée en vint au bout. Du Français, du Belge et un Italien… Le pronostic n’était pas difficile à établir puisqu’à Saint Siffret, Filipo gagna. Italie 1, France 1, Belgique 2. Pour la première fois depuis de longues années une autre nation que la France pouvait emporter ce rendez-vous de début de saison. Pas d’Australie, pas de Qatar ou autre contrées lointaines… Le cyclisme mondial avait rendez-vous à Alès pour dire qui serait le meilleur du moment. Comme prévu Le Gana l’emporta en haut de la côte de l’ermitage, Italie 2, mais le Wellens maintenait son maillot de leader et devenait le 51ème à inscrire son nom sur ce qui restera une sorte de chef d’œuvre de son créateur. 

Italie 2 mais, Belgique victoire totale, mais la France restera hors concours car c’est à Alès que les spécialistes mondiaux ont pu constater que la vie cycliste reprenait enfin ses droits.     

Pour conclure, s’il existait un classement d’épreuve par le Gault et Millau il est certain que cette 51ème édition par son passionnant scénario rajouterait 2 étoiles à celle qu’il fait briller depuis ce demi-siècle. Non, Hubert Reeves ne connaissait pas le ciel étoilé de Bessèges et s’il ne daigne jamais venir pour le constater, nous maintiendrons ce rendez-vous en spectateurs émerveillés, espérant que l’année prochaine et celles qui lui succéderont ces étoiles brilleront de mille feux, guidées par le souvenir de Roland Fangille devenu astrophysicien cycliste et demi-dieu pour l’éternité. 

De Marc FAYET, comédien, auteur dramatique et metteur en scène français

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore