UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Louis Rostollan, Fameux escogriffe... << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Louis Rostollan, Fameux escogriffe...

  

Ce coureur aux jambes interminables savait gagner de belles courses. Mais il est surtout entré dans l’histoire du cyclisme comme un formidable équipier. Portrait de Louis Rostollan, souvent le sauveur d’Anquetil…  

  

Dans ce qu’il appelait « le Gotha », et dans une formule qu’il faut prendre au pied de la lettre, Pierre Chany écrivit à son encontre : « Il fut le cycliste le plus grand du peloton (1,87 m). »[1] Constat clinique en somme, mais qui étonne, à la relecture, par sa sécheresse… Louis Rostollan, surnommé « Pétrolette », ne méritait-il pas davantage ? Parce que celui-là, bel et bien, était un géant ! Une fière nature née le 1er janvier 1936 à Château-Gombert, ancien village provençal avalé par l’expansion de Marseille. On passe sur son enfance : riante et ensoleillée comme celle de Camus, lui aussi né devant la Méditerranée, mais sur la rive opposée… Pour le reste, du sport, beaucoup de sport… Louis Rostollan courait vite, à pied. On ne compte plus ses succès en cross, en fond, en demi-fond, saluées par des médailles en métal et des entrefilets dans la presse. Seulement, ce garçon plein d’allant, aux jambes longues, au souffle puissant, réclamait autre chose. Comment dire ? Un sport rémunéré, qui récompensât son homme, et lui permît de briller… On lui parla du cyclisme, des primes, des podiums, des bouquets que tendaient de fraîches et jolies filles… Louis Rostollan sauta le pas. 


Il signa sa nouvelle licence à dix-sept ans. Surprise : ce Méridional se révélait meilleur encore sur les routes que sur les cendrées ! Un rouleur et, manifestement, un grimpeur naturel capable d’effacer les cols en tirant d’énormes braquets. Dans l’euphorie du moment, il déclara tout de go à sa mère qu’il abandonnait la maçonnerie pour devenir cycliste. « Elle m’a dit que si je lui donnais 50 francs par semaine, mon salaire d’alors comme maçon, c’était bon. À dix-huit ans, je m’offrais ma voiture ! », devait-il un jour expliquer[2]. Et de narrer ses premiers grands exploits, notamment une victoire d’étape dans le Tour du Sud-Est et une deuxième dans le Critérium du Dauphiné, au sommet du Ventoux, en juin 1957, tandis qu’il émargeait chez les indépendants. Une aventure quasi incroyable, mais qui, hélas, ne durerait guère. Sur sa lancée, cet authentique espoir fit en effet une mauvaise glissade et percuta le sol… Diagnostic ? Colonne vertébrale abîmée. Il en souffrirait longuement. 


Entendons-nous : il remonta en selle, et même parfaitement puisque, scellant une formidable revanche, il remporta le classement final du Dauphiné 1958. Mais, toute sa vie, il ne cesserait de l’affirmer : « Je n’ai plus jamais aussi bien grimpé qu’en cette année 57. »[3] Manière d’ouvrir le débat et d’imaginer ce qu’aurait pu être sa carrière sans ce terrible coup du sort — comment ne pas songer, subitement, au génial Eddy Merckx tombé à Blois, en 1969, et qui, de son propre aveu, ne recouvrirait jamais plus l’intégralité de ses moyens en montagne… Reste que Louis Rostollan n’était point l’inimitable Eddy Merckx. S’il lui fallait un double, on irait le chercher du côté de Joseph Bruyère, un autre escogriffe classé parmi les meilleurs équipiers de l’histoire. En clair, un type suffisamment doué pour jouer sur deux tableaux, tantôt en collectif, tantôt en individuel. D’ailleurs, quel palmarès que celui de notre « Pétrolette » ! Le Dauphiné, deux Tours de Romandie en 1960 et 1961, le Tour de Champagne en 1961, la Polymultipliée en 1962, le Circuit d’Auvergne en 1964, les Boucles de la Seine en 1965 : aimable bilan pour un homme qui préférait néanmoins servir. D’abord servir Jean Dotto sous le maillot orange et bleu du groupe Libéria. Puis servir Jean Stablinski au temps de la formation Essor-Leroux. Enfin servir Jacques Anquetil à partir de 1959, et jusqu’en 1965… 


Ce serait sa principale gloire : propulser ce cador supersonique qui avait pour nom Anquetil ! Lui ouvrir des brèches, lui frayer le chemin « avec son développement de 54 x 13 dont on pouvait se demander comment il parvenait à le “tirer” », selon l’analyse du journaliste Roger Driès.[4] Le résultat fut mille fois raconté : huit Tours de France disputés, dont sept terminés (59e en 1959, 15e en 1960, 31e en 1961, 24e en 1962, 22e en 1964, 20e en 1965, 47e en 1966), ainsi que trois Tours d’Italie (60e en 1960, 31e en 1961, 29e en 1964). Ce qui signifiait, évidemment, des milliers et des milliers de kilomètres passés en tête, son prestigieux chef de file dans la roue, pendant qu’un certain Raymond Poulidor se demandait par quel miracle Anquetil avait pu dénicher un lieutenant pareil ! « Sur son premier Tour d’Italie, je l’ai tiré à l’américaine dans le Gavia, quand les tifosi me donnaient des coups de poings dans le dos ! En 64, c’est dans l’Envalira que je l’ai poussé avec les coudes sur le guidon parce que le directeur du Tour, Jacques Goddet, m’interdisait de le pousser ! », se souviendrait en riant l’intéressé[5]. Anecdotes totalement exactes que Jacques Augendre, souvent épaté par « la personnalité souriante et bon enfant de ce coureur pittoresque »[6], a commenté de la sorte : « par son zèle, voire son excès de zèle, il sauva Anquetil en 1964, dans la montée du Port d’Envalira, alors que Maître Jacques, distancé par Poulidor et Bahamontès, frisait le point de rupture. »[7] Les historiens savent également que l’indispensable Rostollan, toujours prêt à épauler ses leaders, avait été le seul à suivre Roger Rivière dans la descente du Perjuret, en juillet 1960. Il fut donc le seul à le voir basculer… D’aucuns témoignent encore qu’il agitait ses longs bras, les yeux effarés, la voix saccadée, craignant déjà le pire : « Roger ! Au fond… Là ! Tombé… Le trou ! »[8] 


Un cauchemar qui reviendrait régulièrement le hanter. Comme une peine discrète, portée avec élégance. 

  

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.


Louis Rostollan en bref 

 

Né le 1er janvier 1936 à Château-Gombert.

Professionnel chez Libéria (1957 et 1958), Essor-Leroux (fin 1958), Helyett (1959 à 1961), Saint-Raphaël (1962 à 1964), Ford-France (1965), Kamomé-Dilecta (1966 et 1967).

Principales victoires : Critérium du Dauphiné 1958 ; Prix de Cluny 1959 ; Tour de Romandie 1960 et 1961 ; Boucles Roquevairoises 1960 ; Tour de Champagne 1961 ; Polymultipliée 1962 ; Circuit d’Auvergne 1964 ; Boucles de la Seine 1965.



[1] Pierre Chany, La Fabuleuse histoire du cyclisme, ODIL, p. 901.

[2] In La Provence, juillet 2013.

[3] Ibid.

[4] Roger Driès, Le Tour de France de chez nous, Éd. Serre, p. 111.

[5] In La Provence, juillet 2013.

[6] Jacques Augendre, Le Tour. Abécédaire insolite, Solar, 2001, p. 359.

[7] Ibid.

[8] Roger Driès, op. cit., p. 114.


Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore