UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Frédéric Magné, durant quatorze ans... << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Frédéric Magné, durant quatorze ans...


Il peut s’enorgueillir d’avoir décroché sept titres mondiaux en quatorze années passées sur les pistes. Portrait de l’exemplaire Frédéric Magné, l’un des plus admirables combattants du cyclisme français. 

    

Il faut l’avoir connu durant sa jeunesse pour savoir quel athlète il était. Non, pas un géant comme Hesslich ou un malin comme Michel Rousseau… Plutôt un bon gosse, rablé, nerveux, puissant, qui aurait fait un malheur sur les routes s’il avait vu le jour, tel Éric Leman, à Ledegem. Mais, Frédéric Magné était né à Orléans, en 1969. On devine le décor : les fameux ciels de Beauce, parmi les plus beaux du monde, un horizon infini et d’interminables lignes droites sur lesquelles il devait immédiatement se signaler. Car sa première course, en minime, marqua aussi sa première victoire ! Un succès au sprint, afin de régler un groupe d’échappés. Puis d’autres bouquets ensuite, toujours glanés au sprint, après un déboulé extraordinaire. D’où l’idée d’orienter cette boule de muscles vers la piste — enfin, un essai, juste pour voir… On passe sur sa suprématie au niveau départemental, au niveau régional. On l’attendait surtout au championnat de France de vitesse, chez les cadets, en 1985. Et là, sans coup férir, il s’imposa, subitement frissonnant de se retrouver en maillot tricolore, pendant que retentissaient les accents de La Marseillaise… Oh ! la belle minute, qu’il se remémorait souvent. C’est peu dire qu’elle changea sa carrière ; au vrai, elle décida de sa vie, faisant de ce gamin aux joues rondes le principal sprinter bleu-blanc-rouge de l’après-Morelon. 


Mais que tout allait vite avec lui ! La preuve ? Ces championnats de France organisés à Saint-Denis-de-l’Hôtel en juillet 1987. Frédéric Magné, inscrit chez les juniors, boucla le kilomètre en 1 mn 6 sec 528, soit un temps nettement inférieur à celui de Philippe Boyer, vainqueur en sénior ! Puis de triompher, plus facilement encore, dans le tournoi de vitesse de sa catégorie… Bref, deux titres nationaux, un exploit impressionnant et un surclassement fédéral pour lui permettre de rejoindre les championnats du monde disputés en Autriche ! Sur le coup, trop ému, les jambes lui manquèrent : il se loupa bel et bien, terminant la borne en dixième position. Restait l’épreuve de tandem, pour laquelle Daniel Morelon, l’entraîneur national, lui avait réservé la deuxième selle derrière l’expérimenté Fabrice Colas. En somme, le mariage du sage et du feu pour une saga qui perdurerait trois années… « Il y eut les qualifs, les quarts de finale, la demi-finale, le dernier match… », raconterait-il, la voix étranglée.[1] Parce que l’incroyable avait eu lieu : le titre mondial, oui, celui des séniors, alors qu’il avait dix-huit ans ! Une photographie a immortalisé la scène : Frédéric Magné, dossard numéro 187, y apparaît dans sa fougue juvénile, poussant littéralement son partenaire à la manière des piliers en rugby. On le répète : le sage et le feu, « la clairvoyance de Colas, la puissance de Magné », lirait-on un jour dans L’Équipe.[2] En finale, les Italiens furent écrasés en deux manches. Puis deux Allemands, Greil et Butchmann, subiraient le même sort en 1988, tandis que des Tchécoslovaques,  Illek et Harcas, cèderaient à leur tour, devant le public lyonnais, en 1989. À vingt ans, Frédéric Magné possédait déjà trois maillots arc-en-ciel. Et cinq titres nationaux chez les séniors, deux en vitesse individuelle, un en vitesse par équipe, deux sur le kilomètre. 


Que pouvait-il espérer d’autre ? D’abord quelques subsides puisqu’il faisait partie de ces amateurs authentiques mal subventionnés par l’État. Mais la vérité est qu’il n’en avait cure, ne vivant que pour son rêve de médaille olympique. Une première fois, à Séoul, en 1988, il avait fini huitième sur la borne. Fort de ce repère, il s’était remis au travail, s’évertuant à progresser sans relâche dans cet exercice impitoyable. On sait la suite : cinquième du championnat du monde en 1989, au temps des Glucklich, Vinnicombe, Kiritchenko, quatrième en 1990, quatrième, encore, et 1991. En toute logique, il songeait au podium quand, en mai 1992, dans le championnat de France, un certain Frédéric Lancien vint lui brûler la politesse. Sa carrière amateur était terminée. 

Pour rebondir, il signa chez les pros. Une décision rapide, irrévocable, à l’image du combattant efficace et sérieux qu’il ne cessait d’incarner, malgré des allures enjouées. « Le meilleur sprinter français est un guerrier souriant », expliquerait Michel Nait Challal en 1994.[3] Et d’ajouter que l’intéressé s’était sans doute fourvoyé sur la borne, les joutes de vitesse et de keirin correspondant davantage à son tempérament. De fait, l’Orléanais semblait né pour la lutte, l’élan, le corps à corps, l’audace, l’instinct, le contre. En somme, le parfait portrait d’un soldat du keirin, discipline japonaise désormais très courue par l’élite. Après un quatrième et ultime sacre mondial en tandem, toujours avec Fabrice Colas, en 1994, Frédéric Magné y ferait bientôt des merveilles : premier en 1995, troisième en 1996, premier en 1997, troisième en 1999 ­— et premier à Manchester, le 29 octobre 2000,  pour couronner quatorze années d’un formidable parcours. « Le dernier sprint de sa vie. Il va le gagner ! » pariait Christian Fenioux, son indéfectible sponsor depuis 1993.[4] Pourtant, les Allemands alignaient, dans cette inoubliable finale, l’une des plus terribles tenailles de l’histoire du keirin. Mais, porté par la grâce, le vieux maître déjoua une manœuvre illicite de Van Eijden et fondit sur Fiedler. « La rage de vaincre, l’intelligence, une propension à franchir les obstacles, et puis ce sprint interminable, royal, qui restera dans les annales », écrivit le soir même Jean-Luc Gatellier, au milieu des applaudissements. On se rappelle sa formule : « Magné, une fin de rêve ! »[5] 

  

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.


Frédéric Magné en bref 

 

Né le 5 février 1969 à Tours.

Amateur : Champion du monde de tandem avec Colas en 1987, 1988, 1989 ; champion de France du kilomètre en 1988, 1989, 1990, 1991, de la vitesse en 1988, 1989, 1990, 1991, 1992, et de la vitesse par équipe en 1989, 1991, 1992.

Professionnel : Champion du monde de tandem avec Colas en 1994 ; champion du monde de keirin en 1995, 1997, 2000 ; champion de France de vitesse en 1994 et de keirin en 1993, 1994, 1996, 2000. Vainqueur des Six Jours de Bordeaux 1995 (avec De Wilde).



[1] In  Vélo Tonic n° 15, juin 1992.

[2] In L’Équipe du 21 août 1989.

[3] L’Équipe Magazine du 20 août 1994.

[4] Témoignage à l’auteur.

[5] L’Équipe du 30 octobre 2000.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore