UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Jean Robic, le coq des grands cols << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Robic Jean

Jean Robic, le coq des grands cols


Il eut le génie de remporter le premier Tour de France d'après-guerre et le premier championnat du monde de cyclo-cross. C'était un formidable coureur, un râleur, un lutin et un mythe. Portrait du Breton Jean Robic...


Chacun sait comment l'inoubliable Pellos présentait Jean Robic : le menton en galoche, le sourcil épais, l'œil féroce, les mâchoires serrées. Quelquefois des lunettes ; toujours un casque de cuir qui accentuait son air de grognard. Puis un corps bizarrement tourné, court et musclé, qui faisait de lui un coursier populaire, mais un champion hors des normes, à mi-chemin entre le lutin et le colosse. Le journaliste Pierre Chany, qui l'avait vu en slip, était formel : ' un athlète '1 ! Il voulait dire : un torse costaud, le souffle d'une forge, une sidérante puissance dans les reins et des cuisses d'acier, propres à piler les plus hautes montagnes. En somme, rien que du solide, sauf le crâne qu'il s'était brisé à plusieurs reprises. Il s'était aussi brisé, au moins une fois, un fémur (fracture ouverte), une clavicule, une omoplate, le nez, une main, mais, à ses yeux, cela ne comptait point ; et, quel que fût le terrain, il se proclamait bon pour le service ! En 1947, cet inénarrable gaillard, jamais avare de formules, déclarait franchement : ' Je suis irrésistible '2 ! En 1949, il assura devant témoins qu'il ' corrigerai[t] tout seul Coppi et Bartali ! '3 ! En 1953, il claironna sur les ondes qu'il avait ' un Bobet dans chaque jambe '. Il jurait même, assez drôlement, que l'avenir était à lui, et qu'avec son mètre 61, il incarnait une sorte d'' adolescent en pleine croissance ' !4 Or, Jean Robic avait trente-deux ans. Il était né à Condé-les-Vouziers, dans les Ardennes, le 19 juin 1921, d'un père charpentier et d'une mère couturière qui ne songeaient qu'à rejoindre leur Bretagne natale. Car il faut que les choses soient claires : Jean Robic était Breton, ' de la race des 'pennou kalet', c'est-à-dire des têtes dures ou, si vous préférez, de celle des cabochards et des teigneux ', expliquerait-il fièrement dans un livre de souvenirs.5 

Qu'une deuxième chose soit claire : Jean Robic était un remarquable coureur, qui pesa davantage sur son temps que ne le fit René Vietto, l'autre grand grimpeur du cyclisme français. D'ailleurs, il brillait été comme hiver, sur la route et dans les sous-bois. C'est au point qu'en 1950, il remporta le premier championnat du monde officiel de cyclo-cross ; puis il s'aligna dans Rome-Naples-Rome où il battit Coppi, Bartali, Bobet, Kubler et Van Steenbergen, prouvant qu'il s'exprimait aussi bien derrière scooter que dans les cols. ' Il avait de la classe à revendre '6, résuma Raoul Rémy, son directeur-sportif chez Margnat-Palomat.

Et puis, Jean Robic avait très mauvais caractère. C'était une particularité notoire, qui enchantait le public et faisait les délices de la presse. Parce que l'intéressé, on l'a vu, n'y allait pas de main morte ! Non content d'entrer en guerre contre Bartali et Coppi, contre Bobet, Geminiani et tout ce qui n'était pas breton (il avait décidé que Louison Bobet, né en Ille-et-Vilaine, était moins breton que lui !), il s'offrait des querelles régulières avec quiconque le dépassait d'une tête. Marcel Bidot, souvent, en prit pour son grade, de même que Jacques Goddet et Félix Lévitan, les directeurs du Tour de France. Selon la juste analyse de Chany, c'était un ' roquet ' et ' un coq de combat '7. Il grondait, hurlait, raillait, moquait ; au besoin, il giflait ! On tient pour certain qu'en 1952, il ait publiquement ' claqué le baigneur ' (c'était son mot) de Ferdi Kubler en apprenant que celui-ci lui avait joué un vilain tour dans le final de Liège-Bastogne-Liège. ' Il ne faut pas me charrier. Je ne crains personne ', avait-il commenté8.

De fait, ce vengeur acariâtre avait tous les toupets. Le principal fut d'aller gagner le Tour de France 1947, celui de la reprise, après huit années d'interruption. Qu'on se rappelle le contexte... Une Europe à genoux, une France libre mais exsangue, des restrictions permanentes - et, subitement, le 25 juin 1947, un peloton multicolore filant au milieu des vivats, encouragé par une foule qui comprend que la paix est enfin revenue. Forcément, le vainqueur de cette course sera un héros, pour toujours. Mais quel visage prendra-t-il ? Chacun parie, qui sur le Belge Impanis, qui sur le Suisse Kubler, sur le tandem italien Brambilla-Ronconi, ou sur la forte armada française, avec Vietto aux commandes. Quant à Robic, il ronge son frein. Il a été admis dans l'équipe de l'ouest où l'ambiance s'avère détestable, personne ne souhaitant le soutenir. Pourtant, il est dans une forme éblouissante. Il s'impose à Strasbourg, le quatrième jour, et à Grenoble, soixante-douze heures plus tard. Puis il repart, vindicatif comme jamais, pour reléguer ses rivaux à dix minutes sur la route de Pau !

Dans ce Tour de France qui soulève un enthousiasme délirant, les rebondissements sont nombreux. Longtemps tenu pour invincible, René Vietto s'écroule entre Vannes et Saint-Brieuc, au terme d'un contre-la-montre marqué par la deuxième place de Robic, désormais troisième au classement général, à 2 mn 56 s de Brambilla. Et ce n'est pas fini ! Le dernier jour, en effet, dans la côte de Bonsecours, à 140 kilomètres de Paris, l'incroyable petit homme surgit à nouveau et sème pour de bon ses adversaires. D'une ultime pointe d'épée, David a terrassé Goliath.

C'est son plus célèbre coup ; ce n'est pas le seul. Neuf fois encore, Jean Robic reviendra sur le Tour de France, y signant des exploits rares mais monumentaux qui lui valurent le respect de Coppi. Mais, vainqueur ou vaincu, Robic restait Robic, comprenez un grimpeur de légende, volontaire, inégal, malchanceux, orgueilleux - et, pour l'essentiel, un être blessé dont on devinait qu'il aurait abandonné jusqu'à son maillot jaune pour disposer d'un physique moins disgracieux... Car Jean Robic, tout bravache qu'il était, pleurait certains soirs. Il avait un beau regard, clair et pur.

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.



Robic en bref

* Né le 10 juin 1921 à Condé-le-Vouziers. Décédé le 6 octobre 1980.
* Professionnel de 1943 à 1961.
* Principales victoires : Championnat de France de cyclo-cross 1945 ; Tour de France 1947 ; À Travers Lausanne 1948 ; Mont-Faron 1948 et 1949 ; Championnat du monde de cyclo-cross 1950 ; Rome-Naples-Rome 1950 ; Tour de Haute-Savoie 1952 ; Polymultipliée 1952.



1 C. Penot, Pierre Chany, l'homme aux 50 Tours de France, 1996, p. 168.
2 P. Chany, La Fabuleuse histoire du Tour de France, ODIL, 1983, p. 353.
3 Ibid, p. 374.
4 C. Penot, Jacques Augendre, la mémoire du Tour de France, 2001, p. 127.
5 H. Le Boterf, La Vérité Robic, 1981, p. 17.
6 J.-G. Modin, Dans la roue de Robic, 1962, p. 9.
7 Pierre Chany, l'homme aux 50 Tours de France, pp. 166-168.
8 H. Le Boterf, p. 144.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore