UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Henri Pélissier, l'instinct fait champion << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Pelissier Henri

Henri Pélissier, l'instinct fait champion


Aux premiers temps du cyclisme, sa gloire dépassa celle que connurent Bobet et Hinault. Pour le peuple, c'était un mythe et un Dieu, puissant et rapide. Portrait d'une formidable bête de course, le dénommé Henri Pélissier...


Au temps qui fut le sien, il portait le plus grand nom du cyclisme. C'était au point qu'on disait ' Pélissier ' comme on aurait dit ' Attila ' - et ce nom soulevait des nuages de poussière, dans une clameur de foule... D'ailleurs, lorsqu'il mourut, le 1er mai 1935, tué en pleine force, en pleine colère, par le coup de feu exaspéré de sa maîtresse, la France entière prit le deuil, aussi blessée qu'elle était mal à l'aise. ' La fin tragique d'Henri Pélissier n'a surpris personne à Dampierre ', titra Paris-Soir.1 Et les chroniqueurs d'expliquer que Camille Tharault avait tiré pour protéger sa jeune sœur, laquelle avait été balafrée au visage ' par le couteau dont le champion se servit pour la punir d'une réflexion qui l'avait rendu furieux. '2 En somme, des méthodes de voyous, qui éclairaient définitivement le public sur la personnalité de ce coureur adulé. Parce qu'Henri Pélissier était cela : un violent, un méchant. S'il n'y avait eu la discipline du sport, on aurait pu craindre le pire ; mais le hasard l'avait fait naître à Paris, le 22 janvier 1889, dans une famille où l'argent ne manquait pas. Le père, venu d'Auvergne, trimait dur et cognait dur, mais achetait les vélos que ses fils réclamaient - quatre garçons : Henri, Francis et Charles, qui deviendraient tous trois célèbres sur les routes, et le pauvre Jean, tombé en 1915 sur le front de Sainte-Menehould. L'histoire, peut-être romancée, assure que l'aîné de la fratrie, lassé des gifles paternelles, claqua la porte brusquement. C'était en 1908, à l'époque de ses premières courses. Deux ans plus tard, il finirait troisième du Tour de France des Indépendants, après avoir remporté une étape. L'un de ses biographes, Roger Bastide, prétend que le père Pélissier baissa la garde : son nom s'étalait en gros dans le journal !

Et ce n'était qu'un début ! Passé professionnel, Henri Pélissier se révéla derechef un compétiteur d'exception. Il gagna le Tour de Lombardie, Milan-Turin et Florence-Turin-Rome en 1911. En 1912, il épingla Milan-San Remo, et un deuxième Tour de Lombardie l'année suivante. Puis ce fut le Tour de France 1914, disputé dans une ambiance brûlante. Au matin du dernier jour, le Français, vainqueur de deux étapes, ne comptait que 1 mn 49 sec de retard sur Philippe Thys, le tenant du titre. Avec habileté, il attendit la côte du Cœur-Volant, à quinze kilomètres de Paris, pour y jouer son va-tout. On sait comme il était dans ces moments-là : une boule de nerfs, tendue par une volonté de fer, prêt à mourir ou à tuer... Pourtant, il échoua, moins par sa faute que par l'hystérie des spectateurs qui ne le laissèrent bientôt plus avancer ! Thys profita de l'aubaine, mais sans démériter. C'était, lui aussi, un athlète formidable.

Reste que les observateurs en convenaient : Henri Pélissier, vingt-cinq ans, possédait le supplément de classe qu'on n'avait admiré que chez quatre hors concours : Zimmerman et Terront, les légendaires, Lapize, son aîné de quinze mois, et un jeune Italien déjà deux fois champion d'Italie : Costante Girardengo, de Novi-Ligure. Bref ! le Français semblait parti pour imprimer profondément sa marque quand l'Europe bascula dans la guerre. Jurer qu'il eut la plus mauvaise part serait mentir : d'abord réformé, ce qui fit sourire, il obtint de se faire engager en 1916 puis termina cycliste télégraphiste. Son honneur et sa vie étaient saufs. Lapize, mort au combat, n'avait pas eu la même chance.

Physiquement, le conflit l'avait vieilli, mais sans le changer. C'était toujours, selon ses propres mots, ' un pur-sang '3, farouche, puissant, véloce, qui décuplait ses talents par un indéniable savoir-faire. ' Il fut le premier à utiliser les roues légères, les boyaux fins, les rayonnages diminués. Il fut aussi un adepte, bien avant les autres, de l'entraînement bref et rapide ', raconta Pierre Chany.4 Dans un registre différent, Albert Londres ajouta que Francis et Henri Pélissier avaient également adopté les ' pilules '5, ce que le cadet résuma d'une formule : ' Nous marchons à la dynamite '6. De là naquit l'image des ' forçats de la route ' et celle, récurrente, d'un peloton dopé depuis l'origine... Or, la seule vérité, incompréhensible pour qui n'a point roulé dans le vent, est qu'Henri Pélissier marchait à l'instinct. En ce sens, oui ! une bête de course, un bel animal, un pur-sang... Mais, plus encore, un homme fier et rebelle, qui n'eut de cesse d'imposer ses désirs, fussent-ils odieux ou splendides. On passe sur l'odieux, sauf pour dire que le citoyen Pélissier - il préférait son nom à son prénom - n'était pas un exemple. Quant au splendide, on hésite, tant les triomphes du champion furent magnifiques et nombreux... Rien qu'en 1919, pour ses retrouvailles avec le calendrier professionnel, il décrocha le championnat de France, Paris-Roubaix, Bordeaux-Paris, le Circuit du Morvan, le Grand Prix de la Loire. L'année d'après, il écrasa Paris-Bruxelles, le Tour de Lombardie, Paris-Metz  et bien d'autres rendez-vous. Son chef d'œuvre ? Paris-Roubaix, en 1921, qu'il domina de bout en bout pour clouer le bec à Desgrange, l'un de ses multiples ennemis personnels ! Et comme le fondateur du Tour de France avait eu le malheur d'écrire, en 1920, qu'' Henri Pélissier ne figurera[it] jamais sur la liste glorieuse '7, l'intéressé s'obligea d'arriver en jaune à Paris, le 22 juillet 1923. On salua alors le ' couronnement d'une carrière ' ; c'était effectivement cela, grâce à l'appui d'Ottavio Bottecchia, son équipier et dauphin, qui avait pris garde de ne pas lui disputer la victoire. Car Pélissier voulait que chacun filât doux ! Jusqu'au jour où, dans un moment de panique, Camille Tharault fit chuter l'icône...

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.



Pélissier en bref

* Né le 22 janvier 1889 à Paris. Décédé le 1er mai 1935 à Fourcherolles (Dampierre).
* Professionnel de 1911 à 1926.
* Principales victoires : Championnat de France 1919 ; Tour de Lombardie 1911, 1913, 1920 ; Milan-San Remo 1912 ; Paris-Roubaix 1919 et 1921 ; Bordeaux-Paris 1919 ; Paris-Bruxelles 1920 ; Paris-Tours 1922 ; Tour de France 1923.



1 Paris-Soir du 3 mai 1935.
2 Ibid.
3 L'Auto du 9 juillet 1919.
4 Pierre Chany, L'Homme aux 50 Tours de France, Éd. Cristel, 1996, p. 16.
5 Le Petit Parisien du 30 juin 1924.
6 Ibid.
7 L'Auto du 7 juillet 1920.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore