UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Thierry Marie, l'Esprit du héros << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Marie Thierry

Thierry Marie, l'Esprit du héros


Il a porté tous les maillots de leader des grands Tours. Il a gagné des courses par étapes et tiré des relais pour Fignon. Il a mené des échappées fantastiques. Portrait de Thierry Marie, le populaire rouleur normand.


Les femmes vous diront qu'il avait les plus beaux yeux du peloton ; le sûr est qu'il était un athlète magnifique, doué pour la plaine, les relais, les relances, les prologues. Personne ne s'étonna donc lorsqu'il fut sacré, en 1995, champion de France du contre-la-montre, une discipline renaissante. Sept années auparavant, il avait aussi ramené le maillot tricolore en poursuite, officialisant un talent que chacun admirait... Car il faut s'en souvenir : Thierry Marie, meilleur amateur français en 1984, éclata dans le cyclisme professionnel comme une bombe ! À tout juste vingt-deux ans, il remporta une étape du Grand Prix du Midi-Libre 1985, le prologue du Tour de l'Avenir et le classement final du Tour du Limousin. Il termina même, sur 89 kilomètres, deuxième du Grand Prix des Nations, seulement dominé par un exceptionnel Mottet. Évidemment, on imaginait pour lui une très haute destinée - pas le Tour de France, mais des podiums, des fleurs, cinq ou six classiques et plusieurs compétitions d'une semaine. Il avait tant d'azur dans les yeux, et surtout de telles jambes...
Le bilan laisse songeur. Certes, en douze années de carrière, le Normand aura connu des joies fantastiques, gagnant trois prologues dans le Tour de France et trois étapes en ligne, ce qui relève de l'exploit pour un homme qui n'était pas un sprinter. Certes, il aura su endosser, avec le maillot jaune, le maillot rose, le maillot amarillo, trois des grandes couleurs du cyclisme, preuve de son omniprésence sur le Tour, le Giro, la Vuelta. Il aura décroché un Tour des Pays-Bas, un Trophée Baracchi en compagnie de Laurent Fignon, un Tour de l'Oise, deux Circuits de la Sarthe et un Paris-Camembert ; mais jamais il n'obtint le triomphe que sa puissance appelait, et que lui-même réclamait. ' Un jour, ma femme m'accueillera en héros ! '1 avait-il ainsi prédit en 1992, au terme d'une nouvelle saison bien remplie, qui l'avait vu dépasser la barre des cinquante succès professionnels. Dans son esprit, le héros en question ne pouvait être que le lauréat du championnat du monde. À la rigueur, le vainqueur de Paris-Roubaix ou du Tour des Flandres... En tout cas, ces trois courses, il les avait dans les jambes ! Aujourd'hui encore, devant les vélocistes qu'il rencontre (il commercialise des produits diététiques pour les Laboratoires Fenioux), il confirme volontiers : ' J'aurais dû être champion du monde... '2 Quelquefois, il ajoute : ' Je me suis trop dispersé la première année, enchaînant les classiques, le Tour de France, le Tour de l'Avenir et le Grand Prix des Nations. Guimard m'a cramé ! ' Puis il se reprend et corrige : ' C'était une époque géniale... ' Il veut dire : ' J'ai eu beaucoup de chance. '

Déjà, du temps qu'il roulait, Thierry Marie s'exprimait en phrases courtes. C'était un timide qui n'osait pas déranger... Il avait grandi à Bénouville, dans un milieu ouvrier. De là sa façon manichéenne de considérer les choses : d'un côté les gros, de l'autre les petits ; d'un côté ceux qui ont le droit de parler, de l'autre ceux qui ont intérêt à se taire... On comprend sa gêne, certains soirs, quand trente micros se tendaient à la fois, l'enjoignant de raconter sa vie... Néanmoins, avec son éternel sourire et son envie de bien faire, le Normand lâchait tout, par bribes. ' Nous étions quatre gosses, mais nous ne manquions de rien. On ne gaspillait pas, c'est sûr, mais on savait partager. Les Marie n'ont jamais été des rats ! ' ' Chaque fois que j'ai gagné une étape sur le Tour, je l'ai gagné avec mon coeur, avec mes tripes. '  ' C'est vrai que je me sentais bien chez Castorama. Avec mon maillot, en course, j'avais l'impression de défendre les ouvriers français. '3 Il avouerait aussi, en juillet 1995 : ' Je ne sais pas si je saurai exprimer ce que je ressens, mais je sais que j'aime le Tour. Parce que tout bêtement on traverse la France et qu'on donne rendez-vous aux gens sur le bord de la route. On essaye de leur donner du bonheur avec nos sprints, nos bagarres, nos beaux maillots. '4  

Du bonheur, Thierry Marie n'en donna sans doute jamais autant que le 11 juillet 1991. Ce jour-là, une longue étape avait été programmée entre Arras et Le Havre, haut-lieu de sa Normandie natale ; et le populaire franc-tireur qu'il était s'offrit brusquement d'ouvrir le chemin. On devine l'enthousiasme du public, mais également sa surprise : il restait deux-cent-tren-te-qua-tre-ki-lo-mè-tres ! Pourtant, l'attaquant poursuivit, creusant d'abord un net écart, puis roulant et s'arc-boutant, tenant toujours après six heures d'effort. ' Marie chez les géants '5, titra Patrick Lemoine dans l'Equipe. C'était jurer que ce héros en bleu de chauffe (le fameux maillot Castorama) appartenait à l'élite du cyclisme mondial. Et c'était dire, en conséquence, qu'il courait à contre-emploi sous la férule de Cyrille Guimard, celui-ci préférant l'utiliser comme indispensable équipier, au service de Fignon, de Rué, de Leblanc. Or, Thierry Marie méritait davantage, à tout le moins une grande liberté. Lorsqu'il le comprit, ses belles années étaient passées.

Il raccrocha définitivement en novembre 1996, à trente-trois ans, navré de ne plus intéresser les directeurs sportifs, mais heureux d'avoir suivi ce qu'il appelait son ' bonhomme de chemin '. Celui d'un champion discret, qui laissa derrière lui l'image d'un type attachant.

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.



Marie en bref

* Né le 25 juin 1963 à Bénouville.
* Professionnel chez Renault (1985), Système U (1986 à 1989), Castorama (1990 à 1992, 1994 et 1995), Festina (1993),  Agrigel (1996).
* Principales victoires : T. du Limousin 1985, T. d'Armorique 1987, C. de la Sarthe 1988 et 1995, T. des Pays-Bas 1988, Tr. Baracchi 1989, Paris-Camembert 1990, T. de l'Oise 1991, ch. de France CLM 1995 + six étapes dans le T. de France + prol. du T. d'Espagne 1986 et prol. du T. d'Italie 1992.


1 Miroir du Cyclisme n° 461, novembre 1992.
2 Conversations avec l'auteur.
3 Extraits du Miroir du Cyclisme n° 461.
4 L'Équipe du 5 juillet 1995.
5 L'Équipe du 12 juillet 1991.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore