UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Ferdinand Le Drogo, au milieu du délire... << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Le Drogo Ferdinand

Ferdinand Le Drogo, au milieu du délire...
 
Deux fois champion de France et vice champion du monde, il marqua l’histoire de son temps, devenant l’un des premiers héros du cyclisme breton. C’était un rude gaillard, aux cuisses énormes mais à la tête un peu folle. Portrait de Ferdinand Le Drogo, qui écœura jadis Binda… 
 
Hasard ou prémonition ? Ferdinand Le Drogo a vu le jour en 1903, année de la création du Tour de France. Pour être précis, il est né le 10 octobre, à Pontivy, au cœur de la Bretagne. Des mémorialistes ont décrit le grand ouest en ce temps-là : un monde reculé, qui rappelait le Fougères raconté par Balzac. Moins de routes que de chemins, des haies, des labours, des toits de chaume et l’idée, sourdement douloureuse, depuis la mort du comte de Chambord, que rien n’irait comme avant … D’ailleurs, n’apercevait-on point, de loin en loin, ce que le modernisme annonçaient tel un dieu : quatre roues surmontées d’une coque, et un moteur pour entraîner l’ensemble ! Après la Grande Guerre, lorsque Le Drogo eut passé ses vingt ans, plus personne n’ignorait que le fer, la voiture, la vitesse seraient bientôt maîtres du globe — et personne n’ignorait, au pays de l’hermine, que la bicyclette resterait longtemps encore le véhicule du pauvre… D’où croyez-vous que sortait Lucien Mazan, la première gloire locale ? Non pas de la cuisse de quelque idole gauloise, mais des campagnes d’Ille-et-Vilaine où se lever tôt et trimer dur était la règle commune ! Ferdinand et Paul Le Drogo, les deux frères, n’échappèrent pas à cette loi, que l’on vit souvent courbés sous la faux dans la ferme familiale de Saint-Thuriau. La tradition assure que le père n’était point commode, et qu’il n’aimait point le vélo, toujours trop cher pour le paysan qu’il faisait. Mais, comment dire ? c’était la Bretagne, terrain des fortes têtes. En 1920 (il n’avait pas dix-sept ans), Ferdinand affirma son droit d’aînesse en disputant à Neuilliac la première course de sa vie, « sur un vélo de fortune », devait ensuite compléter le journaliste Georges Cadiou[1]. La légende était en marche…
Légende celte, bien sûr, où il convient de trier. Essuya-t-il autant qu’on l’a écrit les foudres paternelles ? En tout cas, il fut soutenu par M. Chichery, représentant des cycles Dilecta. Et, devenu soldat au 65e d’Infanterie, il eut la chance d’être appuyé par le lieutenant Le Dain, ce qui lui permit de terminer sixième du championnat de France militaire en 1924. Pourquoi ne s’épanouit-il pas l’année suivante ? Ses biographes sont muets. Mais ils nous le montrent en 1926, jeune professionnel régulièrement cité parmi les vedettes, et d’ailleurs lauréat du Tour des Cornouailles, de Nantes-Les Sables d’Olonne et du Circuit des As de l’ouest. Sans parler de son chef d’œuvre athlétique, quand il finit troisième, le 26 septembre, du Grand Prix Wolber, seulement précédé par Francis Pélissier et le Suisse Kastor Notter. Or, pour qui l’oublierait, cette classique était regardée comme le championnat du monde officieux ; en cinq éditions, elle avait couronné Heiri Suter (à deux reprises), Émile Masson, Costante Girardengo et, donc, le deuxième des frères Pélissier, ce qui était beaucoup dire. On imagine aisément l’orgueil du coursier, subitement célèbre dans sa Bretagne natale. S’il n’avait pas ce fichu caractère…
Car c’est une évidence : Ferdinand Le Drogo n’en faisait qu’à sa tête ! C’était une mule, dans toute l’acception du terme ; il ne connaissait d’autre tactique que la carotte et le bâton. Combien de fois a-t-on pu lire qu’il n’exploitait que le quart de ses dons, préférant les cigarettes et la peau douce des filles aux rudes nécessités de son sport ! En clair, un fantaisiste, mais dotés de jambes si solides qu’il terrorisait ses adversaires, du moins certains jours ! Qu’on reprenne les résultats du championnat de France sur route 1927 (c’était l’époque des formules contre-la-montre) : premier, Ferdinand le Drogo, sacré devant Charles Pélissier et Maurice Bonney. Le palmarès du même championnat, en 1928 : premier, Ferdinand Le Drogo, vainqueur d’André Leducq et d’André Reynaud. Bref ! un pur-sang, qui ne manqua pas, le 23 juin 1927, pour sceller ses débuts dans le Tour de France, de s’imposer à Dinan. Aussitôt, ce fut du délire, aucun cycliste breton n’ayant plus remporté d’étape depuis le fameux Lucien Mazan, en 1908. « On se battait pour le féliciter, pour le toucher même, et, quand il fut sur la place au milieu d’une foule folle de joie, il apparut sur des épaules, porté en triomphe, agitant des fleurs, noir de poussière, heureux, ému aussi. Le Drogo était devenu le Lindbergh de Dinan. Comme Lindbergh, il dut aussi se mettre, plus d’une fois, au balcon de son hôtel », témoigna André Reuze dans le Miroir des sports[2]. Cependant, le meilleur était à venir : un maillot jaune, conquis brillamment à Brest au terme d’une poussée spectaculaire, qui confirmait son exceptionnelle puissance. Ferdinand Le Drogo le défendit vingt-quatre heures, les yeux grisés, sur la route de Vannes. Puis, dépossédé de son bien, il abandonna prestement, confirmant également qu’il demeurait un coureur ingérable. Sa carrière devait s’en ressentir.
Que gagna-t-il encore ? Deux circuits de l’Aulne et un Rennes-Paris-Rennes, ce qui était peu pour un crack de sa trempe. La presse en prit son parti, ne le suivant que d’un œil. Quelle surprise, alors, de constater, dans le championnat du monde 1931 disputé contre-la-montre, sur cent soixante douze kilomètres, que le Français roulait plus vite que Blanchonnet, plus vite que Bulla, plus vite que Rebry, et même plus vite que le mythique Alfredo Binda ! Pourtant, l’Italien, tenant du titre, l’avait rejoint après la mi-course. Lui avait-il adressé au passage un regard ironique ? L’histoire le prétend. Chose sûre, le farouche Ferdinand se révolta, lâchant puis écœurant son rival décontenancé ! Au final, il terminait deuxième, battu par un autre mythe nommé Learco Guerra. Reste qu’il avait réussi cela : écœurer Binda ! Dieu sait s’il en causa longuement, roulant son incroyable mécanique…
 

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.

Ferdinand Le Drogo en bref 

  • Né le 10 octobre 1923 à Pontivy. Décédé le 23 avril 1976 à Saint-Gildas-de-Rhuys.
  • Professionnel de 1926 à 1936.
  • Principales victoires : Tour des Cornouailles 1926 ; Nantes-Les Sables d’Olonne 1926 ; Circuit des As de l’ouest 1926 ; Championnat de France 1927, 1928 ; 2e et 6e étapes du Tour de Catalogne 1927 ; 5e étape du Tour de France 1927 ; G.P. de Poitiers 1930 ; Rennes-Paris-Rennes 1931 ; Circuit de l’Aulne 1931, 1932.



[1] Georges Cadiou, Les Grandes heures du cyclisme breton, Éd. Ouest-France, 1981, p. 40.
[2] Cité par Georges Cadiou, in Les Grandes heures du cyclisme breton, p. 42.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore