UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Vincent Lavenu, d'une longue abnégation... << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Lavenu Vincent

Vincent Lavenu, d'une longue abnégation...

Avant de devenir l’un des inamovibles managers du cyclisme moderne, il s’était passionnément escrimé sur les routes, pour des salaires de misère. Portrait de Vincent Lavenu, coureur tenace que rien ne décourageait… 
    
            Parmi les destins qui sont liés au cyclisme, sans doute celui-ci mérite-t-il d’être salué pour ce qu’il incarne d’abord : une formidable leçon d’optimisme ! C’est au point que le héros de l’histoire, né le 12 janvier 1956, ne passa professionnel qu’en 1983, pour compter vingt-sept ans. Son équipe ? Saint-Étienne-U.-C. Pélussin, entendez douze gars solides rémunérés par des subventions foréziennes, au temps de la « Manu » et du maire communiste Joseph Sanguedolce. Bref, une formation régionale, fatalement modeste, créée dans la seule fin de montrer que l’ancienne capitale du cycle n’était pas encore morte ! Malheureusement, dès le mois de juin, un renversement politique stoppa net l’aventure, envoyant chacun pointer au chômage… Nullement abattu, Vincent Lavenu, le vétéran du groupe, résolut de préparer un diplôme d’entraîneur : de quoi occuper un rude hiver avec la relecture de Cyclisme sur route, le traité iconique de Daniel Clément, auquel doivent tant de champions des années quatre-vingts. De quoi, aussi, remuer le couteau dans la plaie, car on devait vite comprendre qu’il n’avait pas renoncé à ses ambitions athlétiques. Non, plutôt s’accrocher et s’affermir, en 1984 et 1985, sous la livrée rouge et blanche de l’Union Nationale des Cyclistes Professionnels, ni plus ni moins qu’un courageux rassemblement de crève-la-faim, à l’heure même où le vieux sport cycliste, déniaisé par la télévision, s’ouvrait à la mondialisation. On se souvient du tableau : d’un côté les atours spectaculaires de La Vie Claire ou des Renault-Gitane ; de l’autre ces routiers payés à la musette, courant après la forme et après les engagements. Dans ce contexte, nul ne s’étonnera que le duo Charréard-Lavenu partît inaugurer, en 1984, le palmarès du championnat de France de l’américaine : ils étaient prêts à faire feu de tout bois !
            Rien n’affolait Vincent Lavenu, lequel s’embarqua, en 1986, sur le pont glissant de l’équipe Miko-Carlos — une troisième galère, qui le laisserait sans salaire, une nouvelle fois, bien avant le terme de son contrat. Mais il s’évertua, toujours, jusqu’à décrocher in extremis, grâce à une belle prestation aux Six Jours de Grenoble, une petite place chez RMO, pour 1987. Sauvé ? On le crut lorsqu’il remporta, le 1er février, la difficile Ronde des Pyrénées, devant Chaubet et Casado. Une victoire inattendue et fortement émouvante, que le journaliste Jean-Paul Brouchon admira dans Miroir du cyclisme : « Vincent Lavenu, le vainqueur de la première course, à Perpignan, est donc enfin devenu un coureur comme les autres. »[1]. C’était faire écho au propre commentaire de l’intéressé, heureux et délivré : « C’est un signe ! Celui d’avoir eu raison d’insister ! »[2]
            Court moment de bonheur, court moment d’euphorie… Puis l’âpre réalité de la compétition le rattrapa bientôt pour lui signifier qu’à presque trente-deux ans, un coureur de son espèce, ni grimpeur, ni rouleur, ni sprinter, est forcément un coureur en danger. L’issue va sans dire : une lettre de licenciement, en fin de saison, synonyme logique d’un arrêt définitif. Du reste, n’entama-t-il pas sa reconversion, acceptant un rôle d’attaché commercial chez Look, le principal fabricant de pédales de l’époque ? Il en était là, en mars 1988, quand il apprit que Fagor, l’équipe du champion du monde Stephen Roche, cherchait quelques grognards pour étoffer son effectif ! Une opportunité miraculeuse, que Vincent Lavenu saisit avec une telle volonté qu’on le retrouva, quinze mois plus tard, au départ de ce qui avait été son premier rêve d’enfant : le Tour de France. Un Tour de France étirant 3 285 kilomètres, mais dont un seul suffit à justifier sa longue, longue, abnégation — le dernier kilomètre de l’étape arrivant à Briançon, sa ville natale... Dans le public, des milliers de personnes, et ses voisins, ses supporters, tous ravis d’assister à ce qu’ils regardent comme la consécration d’un brave. Évidemment, dépassé par le duel Fignon-LeMond, Vincent Lavenu ne bataille qu’en troisième ligne. Mais il s’acharne, joie, fierté et douleur mêlées, pleurant sur sa selle, les dents serrées, en montant ce piton que chaque Briançonnais appelle la Chaussée. « Jamais je n’avais été autant encouragé. Les gens scandaient mon nom. Le meilleur souvenir de ma carrière », raconterait-il longtemps après.[3]
            Cela dit, son inimitable carrière n’était pas achevée. Malgré la disparition de Fagor, le 31 décembre suivant, le Savoyard continua en effet de rouler, signant une licence individuelle et pigeant deux saisons consécutives pour Mosoca-Eurocar, un succédané suisse quasiment désargenté. Et l’incroyable fut qu’il s’adjugea en passant, vêtu du simple maillot du comité cycliste d’Auvergne, la troisième étape de la Route du Sud 1990 ! Moins qu’un exploit, un acte de foi, qui ne fut pas sans réjouir l’un de ses mécènes, Alain Chazal, charcutier-traiteur fermement décidé à faire connaître sa marque au niveau national… Lequel des deux parla en premier ? Le sûr est que Vincent Lavenu, ressortant son diplôme d’entraîneur, et se révélant comptable, expliqua, preuves à l’appui, que toutes les études confirmaient la puissance d’attraction d’une équipe lancée dans les cols. Chazal, l’industriel, opina. « L’histoire de Vincent Lavenu coureur cycliste va se terminer en pente douce. Une autre, plus belle, plus forte, va débuter », résumerait Yves Perret, son biographe.[4]
L’autre histoire ? Celle d’un homme devenu le manager d’une structure sportive présente sans discontinuer, depuis 1992, dans les pelotons. Un « tenace », pour reprendre la juste formule de Jean-Luc Gatellier.[5]
 

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.

  
Vincent Lavenu en bref
 
  • Né le 12 janvier 1956 à Briançon.
  • Professionnel chez Saint-Étienne-U.-C. Pélussin (1983), U.N.C.P. (1984 et 1985), Miko-Carlos (1986), RMO (1987), Fagor (1988 et 1989), Mosoca-Eurocar (1990), Mosoca-Chazal (1991).
  • Principales victoires : Championnat de France de l’américaine 1984 (avec Michel Charréard) ; Ronde des Pyrénées 1987 ; 13e étape du Tour du Portugal 1988 ; 3e étape de la Route du Sud 1990.
  • Manager des équipes professionnelles Chazal-Vanille et Mûre (1992), Chazal-Vetta (1993), Chazal-MBK (1994 et 1995), Casino (1996-1999), AG2R Prévoyance (2000 à 2007), AG2R-La Mondiale (2008 à 2012).

  • [Accroche] : Un Tour de France étirant 3 285 kilomètres, mais dont un seul suffit à justifier sa longue, longue, abnégation.



[1]Miroir du cyclisme n° 392, p. 52.
[2]Ibid., p. 9.
[3] Témoignage de Vincent Lavenu à l’auteur.
[4] Yves Perret, 20 ans, Editions Agence Zoom, p. 13.
[5]In L’Équipe du 29 juin 2011.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore