UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Émile Idée, l'amplitude d'un crack << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Idee Emile

Émile Idée, l'amplitude d'un crack
 
Il est de ceux dont la guerre a tronqué la carrière. Mais son talent était tel qu’il remporta la plupart des courses alors organisées. Portrait d’Émile Idée, le meilleur coureur français des années terribles…
 
            Ah ! quel coureur il faisait… À tout bien peser, le cyclisme n’en eut point beaucoup des comme lui, capables d’inscrire à leur palmarès, en dix années de carrière, cinq Critériums National. Car tel était Émile Idée : un fuoriclasse à la française, que la génération des routiers modernes put découvrir en juin 2012, à Saint-Amand-les-Eaux, lorsqu’il vint fêter cent championnats de France. Les témoins en attestent : l’incarnation parfaite d’un nonagénaire plein d’énergie, les yeux plissés de curiosité, de satisfaction, de malice… À quoi songeait-il, tandis que tournaient sous la pluie, à 41 kilomètres/heure de moyenne, ceux qui gagnent en un jour ce qu’il gagnait en six mois ? Peut-être à ses propres titres nationaux, puisqu’il avait décroché à deux reprises le maillot tricolore — le premier en septembre 1942, à Lyon, dans l’amertume d’une époque écrasée par les hordes nazies ; le second en 1947, à la suite d’une affaire rocambolesque. Les spécialistes se le rappellent : ce championnat, d’abord enlevé par le pétulant Paul Néri, avait dû être recouru quand il fut admis que le vainqueur, né à Reggio di Calabria, n’avait pas encore obtenu sa naturalisation ! D’où une deuxième épreuve, dominée cette fois par un Émile Idée surpuissant, qui ne laissa aucune chance à Jean de Gribaldy et Lucien Lauk, ses derniers adversaires. Et, pour mieux dire, une victoire logique tant il apparaissait que l’ancien sociétaire du Vélo-Club Levallois régnait sur son temps et sur les courses d’un jour. N’était-il pas unanimement admiré comme le « roi de Chevreuse » ? Un surnom légendaire, que les reporters reprenaient en boucle sur les ondes et dans l’encre grasse des journaux…
            Mais que n’avait-on dit, et que n’avait-on déjà écrit sur Émile Idée, garçon né à Nouvion-le-Comte, dans l’Aisne, en 1920… Pour l’essentiel, un cador au style heurté, fougueux, sachant rouler très vite et sprinter de très loin. Ainsi, dès ses débuts, chez les amateurs… Ses faits d’armes ? Paris-Briare, le Grand Prix de Boulogne et le championnat de Paris à tout juste dix-neuf ans, ce qui devait lui ouvrir grand les portes du professionnalisme. Seulement, le 3 septembre 1939, la guerre avait éclaté, bouleversant des millions de destins. Parmi eux, celui de ce jeune homme incroyablement doué qui apprenait subitement que le Tour de France serait pour longtemps arrêté… Quant aux équipes, elles baissaient le rideau, jetant leurs vedettes à la rue ! On imagine son désappointement ; et puis, bientôt, son angoisse… N’évoquait-on pas, pour les athlètes de son âge, les risques d’une trop forte notoriété ? En clair, viendrait le moment où il n’aurait d’autres choix que le maquis, le S.T.O. ou la prudence. Sa carrière était définitivement minée.
            Pourtant, quel palmarès au final ! On le répète : cinq succès dans le Critérium National entre 1940 et 1949, deux dans le championnat de France, Paris-Reims, le Grand Prix de Provence et le Grand Prix des Nations (zone occupée) en 1942, un deuxième Grand Prix de Provence en 1943, le Circuit de Paris en 1944, une étape du Tour de France en 1949, des étapes dans Paris-Côte d’Azur, le Circuit des Vosges, le Circuit des vins de Gironde en 1951. Sans oublier qu’il avait remporté, en 1947 et 1948, le réputé Challenge Sédis, lequel consacrait le meilleur Français sur l’ensemble de la saison ! Bref, un exceptionnel puncheur, donné pour imbattable dans les bosses, si bien que Pierre Chany le rapprocha d’Octave Lapize et d’Henri Pélissier. « Étonnant de brio et d’efficacité, dominant la situation, il ne fut pas toujours jugé à son exacte valeur », est-il également souligné dans Le Dictionnaire des coureurs.[1] Mais comment juger l’amplitude d’un crack dont la progression avait été sapée à la base ? Le journaliste François Terbeen, qui l’avait plusieurs fois suivi en vallée de Chevreuse, a cru pouvoir affirmer qu’Émile Idée « était trop “lévrier” pour briller dans une épreuve de longue haleine comme le Tour de France où la montagne est reine. »[2] Des propos qui n’engageaient que lui, rappelant ceux que tenait Henri Desgrange en 1920 sur l’aîné des Pélissier… Est-ce à dire, pour autant, que l’enchaînement des grands Tours, en augmentant naturellement sa puissance de feu, l’eût entraîné au niveau d’un Bobet, son successeur sur la route ? La question mérite d’être posée — mais sans refaire l’histoire. De même, sans refaire l’histoire, on peut regretter qu’Émile Idée, troisième de Paris-Tours en 1945 et 1948, ait trouvé Brick Schotte pour le battre d’un pneu en 1947. Défaite qu’il a toujours contestée, assurant que le Belge l’avait dépassé après la ligne d’arrivée… Vrai ? Faux ? Plutôt vrai, selon Pierre Chany. « Et nous n’étions pas les seuls à juger ainsi », devait-il préciser.[3]
Un pneu, donc… Il n’en faut pas davantage, quelquefois, pour changer une vie. Deuxième aussi de deux Grands Prix des Nations derrière l’invincible Coppi en 1946 et 1947, puis devancé par Rik Van Steenbergen au terme de Paris-Roubaix en 1948, le Tricolore semblait parti pour de belles années lorsque survint, dans le championnat de France 1950, la chute fatale de Camille Danguillaume, son beau-frère, son alter ego, déjà vainqueur de deux Critériums National. Le moral en berne, Émile Idée tenta de poursuivre, du reste encouragé par la presse et le public, chacun étant persuadé que le « roi de Chevreuse » n’était pas encore au zénith. Mais ce roi-là avait un cœur, et son cœur saignait. En 1952, il retira son dossard. Auguste et secret, pour ne pas déroger.

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.

 
(Accroche)
« Comment juger l’amplitude d’un crack dont la progression avait été sapée à la base ? » 
 
Émile Idéeen bref
  • Né le 19 juillet 1920 à Nouvion-le-Comte.
  • Professionnel de 1940 à 1952.
  • Principales victoires : Championnat de France 1942 et 1947 ; Critérium National 1940, 1942 (zone occupée), 1943 (zone occupée), 1947 et 1949 ; Paris-Reims 1942 ; Grand Prix de Provence 1942 et 1943 ; Grand Prix des Nations (zone occupée) 1942 ; Flèche Française par équipe 1943 et 1944 ; Circuit de Paris en 1944 ; Prix de Joinville-le-Pont 1944 ; Grand Prix de Seine-et-Marne 1944 ; Prix de Nantua 1946 ; Ronde d’Aix 1947 ; Trophée du Journal d’Alger 1948. Vainqueur d’une étape du Tour de France en 1949. Lauréat Challenge Sédis en 1947 et 1948.



[1]Le Dictionnaire des coureurs, La Maison du sport, 1988, p. 957
[2] François Terbeen, Dans la roue des champions, 1978, p. 13.
[3] Pierre Chany, La Fabuleuse histoire des grandes classiques, 1979, p. 355.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore