UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Édouard Fachleitner, le héros et le sage << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Fachleitner Edouard

Édouard Fachleitner, le héros et le sage


Le jeu des bonifications l'a empêché de devenir, en 1947, le légendaire vainqueur du premier Tour de France d'après-guerre. Mais, il a fait mieux : il a battu les meilleurs, dont Kubler et Koblet, à l'eau minérale ! Portrait de Fachleitner, le héros et le sage...


Il faut l'avoir vu assis sur une chaise et les bras haut levés, comme s'il coupait en vainqueur la ligne d'arrivée. Dans ses yeux, des torrents de rires ; sur ses traits, le masque grave d'un homme d'honneur. Et l'honneur, pour Fach, c'était quelque chose ! Non pas l'un de ces mots qu'on apprend dans les livres ; mais l'idée simple et pure d'un être qui ne se perdait pas en fadaises. Moyennant quoi, Édouard Fachleitner, ancien petit berger de Provence, décida que le cyclisme serait toujours un bonheur, une fête. Et ce serait aussi la façon d'atteindre son but : l'achat d'une bergerie, avec deux centaines de bêtes bien à lui - des bêtes pour la viande, pour le lait, pour la laine... Ainsi rêve-t-il, ce jour de 1943, tandis qu'il pédale vers Lyon. Derrière lui, dans le Grand Prix de l'Industrie du cycle, une dizaine de routiers, dont Vietto, Brambilla, Camellini, Muller, Goasmat, Danguillaume, Louviot et le jeune Stan Ockers. Pour ce qui le concerne, Édouard Fachleitner, 22 ans, émarge dans la catégorie ' aspirant '. C'est un gosse solide que le journaliste Paul Martin comparera à l'illustre Bottecchia. De fait, Fach roule, grimpe et présente la particularité, rare pour un latin, de rester des heures silencieux. D'ailleurs, sitôt son déboulé triomphal au vélodrome de la Tête d'or, il repousse les reporters d'un laconique : ' D'abord me reposer ! '1 Et il ferme les yeux, étendu dans l'herbe, seul parmi vingt mille spectateurs qui le dévorent du regard ! Quand il se redresse, c'est pour happer une bouteille, s'ébrouer, se laver le visage. Ensuite, il souffle longuement, cherchant à ranimer un corps saigné par 180 kilomètres d'échappée et une mauvaise chute dans la descente du Pilat. ' Il faut aller te faire panser par l'infirmier ', conseille un organisateur... La nouvelle vedette du peloton français secoue la tête : ' Oh ! non, je n'ose pas. Tout le monde me remarquerait... '2 Puis de se lever néanmoins, et de rejoindre en boitant, dans un sourire gêné, le podium officiel. Des années plus tard, se rappelant cette victoire, il expliquerait à son biographe, Yvan André : ' Berger à douze ans, solitaire et retiré du monde, j'ai trop vite grandi et ça m'a profondément marqué... Le lien social avec les autres n'était pas forcément, pour moi, un acte instinctif. '3

Pourtant, que d'amis avait-il. Parce qu'on doit lui rendre cette justice : ce taiseux savait se faire apprécier... Garçon sans histoire, mais non sans courage, il retrouvait régulièrement Paul Néri et Pierre Canavèse, les champions d'Aix-en-Provence, qu'il tentait d'entraîner dans d'interminables sorties. Sa marotte ? Manosque-Lyon, soit 350 kilomètres pour saluer M. Blettel, son employeur, patron des cycles Rhonson. Dans ces conditions, nul ne s'étonnera qu'en 1945, il ait surclassé Vietto au Circuit d'Armagnac, puis Brambilla dans le Grand Prix des Alpes. Et chacun comprendra qu'il ait été tenu pour un vainqueur possible du Tour de France 1947, le premier après guerre... Car Fach, bel et bien, en était ! Tel Caput, Vietto, Idée ou encore Louis Bobet, il avait été enrôlé sous la prestigieuse bannière de l'équipe de France, sélectionné par Jacques Goddet en personne. Seulement, l'affaire avait mal commencé ! Il y avait d'abord eu cette crevaison sur la route de Lille, sanctionnée par dix minutes de retard. Puis ce fut, aux environs de Longuyon, l'insolation fameuse... Subitement vidé de ses forces, le Manosquin gagna l'ombre d'un arbre, s'abreuva tant qu'il le put, grignota la fin d'un sandwich et, douloureusement, se remit en selle. À l'arrivée, son débours approchait la demi-heure !

Perdu, ce Tour historique ? C'était oublier que l'ancien berger disposait d'une santé éclatante. Il dormait bien, récupérait vite. Dès l'entrée dans les Alpes, il entreprit de regagner du terrain. Quatre bonds successifs, à Lyon, Grenoble, Briançon, Digne. Et une apothéose inénarrable dans l'étape Nice-Marseille qu'il survola de bout en bout, finissant avec dix-huit minutes d'avance sur les favoris. De nouveau, il faisait figure de possible lauréat...

On connaît la suite : une course folle, un suspense inimaginable dénoué le dernier jour, au terme d'une formidable échappée réunissant Teisseire, Fach et Robic. Mieux placé au classement général, le grimpeur breton eut la meilleure part - mais les spécialistes ne furent pas sans souligner que Fachleitner, deuxième à Paris, avait mis 3 minutes et 32 secondes de moins pour boucler la totalité du parcours. Toutefois, il y avait les bonifications. Pour avoir franchi en tête les grands cols, Robic bénéficiait d'un bonus de sept minutes et demie... Sa gloire serait sans partage.

Quelle désillusion. Et quelle injustice ! D'aucuns auraient crié au scandale ; le dauphin se contenta de pousser son chemin, heureux de vivre et maintenant sûr d'acheter ses moutons. Pour le reste, le Fach de toujours, un rien cabochard, mais timide et naturellement gentil. Ce qui ne l'empêcha point, en 1948, d'écraser le Dauphiné, puis de signer, en 1950, l'un des plus spectaculaires exploits de l'aventure cycliste : chez eux, au Tour de Romandie, il domina Kubler et Koblet. Et il les domina, c'est certain, à l'eau minérale ! Édouard Fachleitner, en effet, refusait strictement toute forme de dopage. D'où cette réputation de type modeste et sage, et même original, qu'il devait conserver bien après sa carrière. On croit l'entendre confier encore, avec son merveilleux assent : ' [La] 'topette', je la laisse aux autres ! Parce que chez moi, à Manosque, il y a une jolie place, sur cette place des platanes, sous ces platanes des bancs. Et moi, Fachleitner, quand je serais vieux, je veux m'y asseoir sur ces bancs, et fumer la pipe ! Tu as compris, fada ? '4

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.



Fachleitner en bref

* Né le 24 février 1921 à Santa Domenica (Italie).
* Professionnel chez Rhonson (1943), Peugeot (1944), France-Sport (1945 à 1947), La Perle (1948), France-Sport (1949 à 1951), Dilecta (1952).
* Principales victoires : 11e étape T. de France 1947 (2e au final) ; G.P. de l'Industrie du cycle 1943 ; Cir. d'Armagnac 1945 ; G.P. des Alpes 1945 ; G.P. d'Aix 1946 ; G.P. de Manosque 1946 et 1947 ; Cir. du Mont-Ventoux 1947 ; Crit. du Dauphiné 1948 ; T. de Romandie 1950.



1 L'Auto, numéro de septembre 1943.
2 Ibid.
3 Yvan André, L'Odyssée du berger de Manosque, 2003, p. 34.
4 Le Tour à 75 ans. L'Équipe, 1978, p. 14.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore