UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Jean Bourlès, baron de Bretagne << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Bourles Jean

Jean Bourlès, baron de Bretagne

  
Il fut, dans les années cinquante et soixante, avec Félix Le Buhotel, l’incontournable terreur du cyclisme breton. Un baron, en somme. Portrait du rapide Jean Bourlès, vainqueur aussi d’une étape dans le Tour de France… 
 
Il paraît qu’Antonin Magne, son directeur sportif, s’arrachait les cheveux ! Oui, dès qu’on lui parlait de Bourlès, il perdait contenance, semblable à un médecin soudainement sans remèdes… Comment agir, comment soigner ce terrible gaillard ? C’était la question qu’il ressassait depuis janvier 1960, date des premiers pas du Morlaisien dans l’équipe Mercier. Non point que Jean Bourlès ne fût pas un coureur : il pouvait gagner jusqu’à trois courses par semaine ! Seulement, ce vif-argent ne brillait qu’en Bretagne ! Passé les dernières maisons de Fougères, il sentait son cœur faiblir — et alors qu’importent prières ou menaces ; pour retrouver de l’allure, il rebroussait son chemin. Seules exceptions notoires : ses victoires à Puteaux et à Sainte-Eutrope en 1960. Pour le reste, la mesure habituelle. On veut dire que l’intéressé, qui avait remporté la saison précédente, sous le maillot Urago, le Prix du Hinglé, le Circuit d’Armorique, les Prix de Plogastel-Saint-Germain, de Gouesnou, de Ploudalmézeau, de Bourbriac, de Lanquidic, de Brest et de Plougastel, on veut dire que Jean Bourlès poursuivit, pour Mercier, sa domination exclusive sur les joutes locales. D’abord les Prix de Landivisiau, de Bourbriac, de Guerlesquin, de Plessala. Puis, en 1961, la Ronde de Camors, Huelgoat, Carantec, Pleslin, Baud, Guerlesquin encore, Querrien, Hennebont, sans oublier le classement par points de la Mi-Août Bretonne. En 1962, il décrocha une nouvelle Ronde de Camors, les Prix de Bothsorel, Bourbriac, Plounevez-Quintin, Bannalec, Hennebont et le contre-la-montre de Malestroit. Mais, partout ailleurs, par ce mystère que nul n’expliquait, il se traînait, le regard vide, en queue de peloton…
Pourtant, Antonin Magne avait réellement espéré… Il avait cru que ce paysan, né à Pleyber-Christ en 1930, saurait puiser dans ses insondables forces natives. Car Jean Bourlès était un dur ! Fils cadet d’une famille de cinq enfants, il avait appris de bonne heure à passer et repasser le rouleau et la herse. Et comme rien ne le rebutait, son père, impressionné, l’avait inscrit chez les faucheurs des frères Paugam à Saint-Thégonnec, pour 1 000 francs la journée. On imagine le tableau d’après les photographies anciennes : des hommes en chemise fine et chapeau, progressant le dos courbé, le corps entier s’abandonnant au jeu circulaire de la faux. Par instant, une pause, juste pour dénouer les muscles et apaiser la blessure qui brûle les épaules et les reins. « C’était plus dur que le Tour de France », devait se souvenir Jean Bourlès au micro de René Silliau[1]. De fait, c’était épuisant ; mais c’était aussi une formidable école si l’on y ajoutait du talent. Or, que de talent chez le jeune Breton ! Un talent naturel, lié à son sang, à ses nerfs, aux frémissements de l’humus, aux vents marins qui agitaient l’horizon. N’avait-il pas, en 1949, scellé ses débuts en glanant le Grand Prix des débutants à Nantes ? Et d’autres succès, aussitôt enchaînés, à Brest-Le Bouguen, Ploumiliau, Saint-Sauveur, Taulé, Prat et Pleyber-Christ où ses parents, ses voisins, ses amis le tenaient déjà pour une authentique vedette. Sans compter que, pour les filles, il incarnait un joli parti ! Des bouquets chaque dimanche, la photo et l’article dans le journal, son nom répandu sur les places, la voiture qu’il pilotait d’une main sûre. Dans la Bretagne des années cinquante, où un certain Louison Bobet possédait son avion, c’était des choses pleines de sens. Jean Bourlès adora cette vie-là.
Il évoquait un déclic : le critérium du Trégor à Plougasnou, en 1952, qui opposait, selon la mode du temps, les professionnels aux coureurs régionaux. Un circuit de 2,2 kilomètres à parcourir soixante fois, des courbes, des relances, des sprints permanents pour dévorer les primes, tandis que les cris, les encouragements électrisent la foule… Subitement, Jean Bourlès démarre. L’on croit qu’il s’en va cueillir son énième billet de « 1 000 » ; mais il persévère, ramassé, puissant, coupant ses virages puis fonçant de plus bel. Bientôt, il possède trois cents mètres d’avance, puis cinq cents, et puis mille ! Le fera-t-il ? Les spectateurs se dévisagent, incrédules. Oui, il le fera… Quinze cents mètres d’avance… Deux mille !… Encore un effort et ce diable d’homme réussit son pari : doubler, en huit tours, l’ensemble du peloton ! Le soir, il quittera la scène avec un pactole de 80 000 francs, soit le montant des prix promis au lauréat. On le souligne : 80 000 francs, ce qui représentait quatre-vingts journées de travail à la ferme ! Jean Bourlès pouvait remercier son père et les faucheurs des frères Paugam.
En Bretagne, dans ces courses tendue qu’on appelait des « pardons », il était devenu, avec Félix Le Buhotel, la référence. Mais, que valait-il sur le plan national ? Que valait-il quand les Bouvet, Barbotin, Groussard, Le Ber, Morvan, Picot, Pipelin, Thomin ou Quentin se regroupaient en juillet, sous l’étendard de l’équipe de l’ouest ? On le sut en 1957, lorsqu’il partit disputer le premier de ses deux Tours de France. Tiendrait-il ? La vérité est qu’il fit d’abord pâle figure, perdu au milieu de champions qui témoignaient d’un autre cyclisme. Cela étant, il s’était imposé de rallier Paris, persuadé qu’il y avait de la gloire à gagner. Et que pensez-vous qu’il décida ? Il se rua à l’attaque ! C’était le 14 juillet 1957, entre Barcelone et Ax-les-Thermes. L’étape, longue de 220 kilomètres, empruntait les cols de Tosas et du Puymorens. L’histoire a retenu qu’elle fut fatale au célèbre reporter Alex Virot et à son motard René Wagner, brisés dans un ravin, au terme d’une sortie de route. Dans l’émotion qui suivit, chacun négligea que le vainqueur du jour était un baron morlaisien, auteur d’une fière échappée solitaire. Elle classait son homme.
Jean Bourlès le savait : son œuvre était faite. Désormais, il ne lui resterait qu’à écumer la Bretagne et à chasser les primes dans la complicité de Mario Cotti, l’incontournable speaker de l’époque. Il ne s’arrêta qu’en 1969, après 247 victoires. « Le plus grand 'racket' jamais vu dans les courses cyclistes », écrirait Jean-Paul Ollivier[2]. 
 

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.

Jean Bourlès en bref 

  • Né le 17 août 1930 à Pleyber-Christ.
  • Professionnel chez Saint-Raphaël (1956, 1957), Bozec-Peterschmitt (1958), Urago (1959), Mercier (1960 à 1962). Indépendant de 1963 à 1965 puis amateur hors catégorie jusqu’en 1969.
  • 247 victoires au total, dont la 8e étape du Tour de l’Ouest 1954, la 1re étape du Tour de Normandie 1957, la 17e étape du Tour de France 1957.


[1] René Silliau, Tous dans le coup avec Jean Bourlès, Autoédition.
[2] Jean-Paul Ollivier, Histoire du cyclisme breton, Jean Picollec, 1981, p. 238.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore