UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN
> UNCP > Portraits de grands champions > Dominique Arnould, un prodige sur un fil << Retour

UNCP - HistoirePortraits de grands championsChampions de FranceDes vélos et des hommes

Arnould Dominique

Dominique Arnould, un prodige sur un fil


Il a été l'un des rares Français à décrocher le titre mondial en cyclo-cross. C'était à Corva, en 1993, année charnière dans l'histoire du cyclisme. Six mois plus tôt, il avait aussi gagné une étape du Tour de France. Portrait d'un exemplaire prodige...

 

Trente-cinq ans ! Il y avait exactement trente-cinq ans, ce 31 janvier 1993, qu'un Français n'était plus devenu champion du monde de cyclo-cross ; et dire que Dominique Arnould s'y voyait serait beaucoup s'avancer. Non, en vérité, le Lorrain ne croyait guère en ses chances ; moins que sa condition, il mettait en cause le circuit italien, bizarrement taillé dans la glaise de Corva. Et ' taillé ' était le mot juste : pour durcir le parcours, les organisateurs avaient ouvert une tranchée ! Moyennant quoi, lors de la reconnaissance, Dominique Arnould avait régulièrement mis pied à terre, conjuguant ralentissements et relances, comme la plupart des coursiers. Mais c'était négliger Cyrille Guimard, son directeur sportif et maître de chant. ' Si c'est pour descendre de machine à chaque tour, ce n'est même pas la peine de prendre le départ ', le tança-t-il1. L'intéressé opina : il sentait que la victoire se jouerait sur son aptitude à franchir ou non la saignée. D'où l'élan auquel il s'évertua, tour après tour, et que les photographes fixèrent. Sur leurs clichés, Arnould, dossard 12, vole littéralement, ses roues à trente ou quarante centimètres du sol ! Un coup de force, vraiment, qui découragea le tenant du titre, l'Allemand Mike Kluge, et les ténors du moment, Van der Poel, Wabel, Baars et Beat Breu. Car Dominique Arnould étourdissait ! Sitôt sur terre, il faisait parler ses qualités natives, à commencer par une adresse hors de pair. Puis il s'élevait de plus bel, aérien et confiant, pour conclure finalement avec 9 secondes d'avance sur Kluge, 16 sur le Néerlandais Devos et 47 sur David Pagnier, un autre Français. À Paris, dans les locaux de ' la Vieille Bique ' (ainsi appelait-on la Fédération quelquefois), on crut le beau temps des Robic, Rondeau, Dufraisse revenu. C'était sans compter avec l'EPO, indécelable pendant dix ans. Le funambule de Corva y perdit sa carrière.

 Qu'on s'entende bien sur le sens : dans un cyclisme tout entier réduit à la formule suivante : ' prendre, ou ne pas prendre ', un murmure têtu enseigna très vite que Dominique Arnould, garçon raisonnable et discret, ne serait jamais plus en mesure de s'imposer. Pourtant, un bon athlète, habile comme on l'a vu, et suffisamment résistant pour enchaîner, la même saison, les cols du Tour au col du Giro. Mais, quoi qu'il fît, et quel que fût le circuit, le Lorrain devait maintenant subir la course... On n'évoque pas le niveau international : dès 1994, il y serait inexistant, achevant le championnat du monde en dix-huitième position, puis seulement septième en 1995, quatorzième en 1996. Et sur le plan national, les choses allaient de mal en pis, l'ancien prodige butant certains jours contre des spectres sortis de nulle part... D'aucuns s'y seraient étranglés de rage ; par un tour d'esprit qui lui était propre, il choisit un chemin de traverse, devenant moins cyclo-crossman que vététiste en 1997. Inutile de préciser aussi qu'il avait barré d'une croix éliminatoire le cyclisme sur route. L'' affaire Festina ' vomirait sans lui

 Quant à ses rêves de gosse... Au hasard d'un Roc d'Azur, il se souvenait parfois qu'il avait débuté chez les pros en 1988, à vingt et un ans. Ses ambitions, à l'époque ? Décrocher deux ou trois titres nationaux en cyclo-cross (il avait déjà remporté le championnat de France espoir de la discipline), puis gagner en puissance et élargir son registre à la façon des frères Madiot. Sur le papier, rien ne lui était interdit, quand bien même il progresserait à pas lents - quatrième du Tour du Limousin, sixième du Trophée Sitram et neuvième du Grand Prix de Wallonnie la première année ; vainqueur du championnat de France de cyclo-cross puis placé au Tour du Limousin, à l'Étoile de Bessèges et au Trophée des grimpeurs la saison d'après. En 1990, lorsque Cyrille Guimard le recruta, tout restait donc à construire. Il s'y employa sérieusement, courant les classiques, les petits Tours, les grands Tours. Le déclic ? Un formidable Tour des Pouilles, au mois de juin 1992. Dans le peloton, cette semaine-là, Cipollini, Lelli, Giupponi, Zanini, Fontanelli, le Belge Roosen et deux compatriotes : Gérard Rué et Christophe Manin. Avec leur soutien, Dominique Arnould profite d'un mouvement pour s'échapper le deuxième jour. À l'arrivée, les écarts dépassent la minute. Les Italiens sont K.O.

 Vient le Tour de France, son deuxième. Euphorique, le Lorrain finit vingt-cinquième du prologue installé chez le voisin espagnol, à Saint-Sébastien. Et le lendemain, il s'accroche derrière Chioccioli, Indurain, Bugno, Chiappucci et Leblanc, tandis que la bagarre éclate sur l'Alto de Jaizkibel. Prolongeant le regroupement, il file en compagnie d'Alberto Elli et de Pascal Lino. Quarante-quatre kilomètres certes les séparent encore du but; mais les trois hommes se relaient parfaitement, faisant monter leur avance autour de la minute et demie. Puis c'est la descente vers Saint-Sébastien, interminable. Au panneau des deux kilomètres, les poursuivants font entendre leur souffle. Par réflexe, Dominique Arnould relance l'allure ; il passe seul en tête sous la flamme rouge et seul au virage des cinq cents mètres. Il s'escrime jusqu'à entrevoir la banderole, se retourne, exulte et se relève, un peu tôt. Lorsqu'il coupe la ligne, Museeuw, son dauphin, est revenu à un mètre ! La victoire n'a tenu qu'à un fil.

 Cyrille Guimard soupire et gronde, pour la forme. La réalité est qu'il est fou de joie et croit toucher enfin les dividendes d'une sûre maturation. La suite fut ce qu'on sait : le sacre mondial, puis le désert. On s'en voudrait toutefois d'oublier que Dominique Arnould recouvra, en 2002 et en 2003, le titre national de cyclo-cross qu'il n'avait plus conquis depuis huit ans. Le temps, dirons-nous, que la lutte antidopage confonde les tricheurs.

© Christophe Penot

Retrouvez chaque mois la suite de cette série de portraits dans La France Cycliste,
le magazine officiel de la Fédération Française de Cyclisme.

Arnould en bref

* Né le 19 novembre 1966 à Luxeil-les-Bains.
* Professionnel chez Toshiba (1988, 1989), Castorama (1990 à 1994), Le Groupement (1995), Agrigel-La Creuse-Fenioux (1996) puis individuel (1997 à 2004).
Principales performances : Champion du monde de cyclo-cross 1993 ; champion de France de cyclo-cross 1989, 1993, 1994, 2002, 2003 (2e en 1990, 1992, 1998, 2000 ; 3e en 1997. Vainqueur du Tour des Pouilles 1992 et d'une étape du Tour de France 1992. 2e du G.P. du Midi-Libre 1993.


1 Cité par Pierre Chany in L'Album du cyclisme, Scanéditions, 1993, p. 29.

Chrono En Bref
Vidéos

0:28
Bergerac 30 novembre 2019
Remise des Trophées UNCP et de la Coupe de France FDJ

1:18
Sur la route, respectons-nous !
Sécurité routière cyclisme professionnel

0:37
Isabelle Gélinas
Tête en l'air

0:35
Yvan Le Bolloch
La route est à nous

0:48
Francis Perrin
Rouge de confusion

0:35
Laurent Jalabert
Tête en l'air

0:36
Isabelle Gélinas
Téléfonmania

0:38
Gérard Holtz
Stop ou encore

0:36
Isabelle Gélinas
Gardons nos distances

0:35
Lorant Deutsch
Gardons nos distances

0:37
Jean-Christophe Péraud
Stop ou encore

0:35
Tony Gallopin
La route est à nous

0:34
Pierre Rolland
Tête en l'air

0:46
Nacer Bouhanni
Rouge de confusion

0:34
Samuel Dumoulin
Téléfonmania

0:36
Thomas Voeckler
Gardons nos distances

0:37
Isabelle Gélinas
Stop ou encore