UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN

Sur la route Respectons nous! Campagne UNCP 2017

  • Route Pro Photo Bruno Bade
  • Route d’Occitanie 2020 Photo Bruno Bade
  • Tro Bro Leon 2019 Photo Bruno Bade
  • Paris Camembert 2020 Photo Bruno Bade
  • Championnat d’Europe Photo Bruno Bade
  • Championnats du Monde de Cyclisme sur Route 2020Imola : Phénoménal Julian ALAPHILIPPE (Deceuninck-Quick Step), Champion du Monde 2020 (photo : P.Pichon)
  • Championnats du Monde de Cyclisme sur Route 2020Imola : Un Julian ALAPHILIPPE (Deceuninck-Quick Step) extraordinaire décroche le maillot arc-en-ciel (photo : P.Pichon)
jquery slider by WOWSlider.com v7.6

Le regard et la plume de Marc Fayet

Tout le monde y pense !... Et pourtant personne n'ose !


On le sait, le travail principal d'un manager d'équipe tout au long de sa carrière c'est de chercher, trouver et garder le plus longtemps possible des sponsors. On n'imagine pas le travail que cela représente ! des centaines d'appels, de rendez-vous, de réunions, d'espoirs, de déceptions... Ce travail est aussi celui des organisateurs d'épreuves qui plus localement, sont toute l'année à l'affût des partenaires à séduire ou ceux à entretenir pour que leur course ait lieu. Ainsi que ce soient ceux qui organisent les courses et ceux qui les font, ils sont tous animés par une même volonté, celle de trouver le sponsor principal autour duquel ils pourront structurer pièce par pièce l'ensemble de leur édifice. On le sait, il en existe de fidèles, devenus presque immuables qui permettent à quelques équipes Françaises d'exister depuis deux décennies. Mais à l'heure où l'économie planétaire s'est vue fortement bousculée, tout le monde a déjà commencé à s'imaginer quel est le secteur d'activité qui est en pleine expansion, le domaine qui de toute évidence va générer des bénéfices colossaux, en un mot, là où il y aura de l'argent à solliciter… Les labos ! Mais quel manager, quel directeur du sponsoring va oser frapper à la porte de ces entreprises ayant mis au point dans leurs fioles par dizaines de millions la protection des habitants la planète ? Et pourtant ? Je ne vois pas ce qu'il y aurait de honteux de proposer à ces laboratoires une vitrine flatteuse grâce au cyclisme, preuve vivante que la santé revient, preuve mouvante que la circulation est autorisée, preuve émouvante que le contact humain est de nouveau recommandé et que tous les espoirs sont permis, notamment celui de gagner sur la vie. On le sait bien Moderna aimerait bien supplanter Pfizer qui damerait bien le pion à Astra Zeneca même si Johnson et Johnson en embuscade craint surtout la menace de Spoutnik V. Voilà des marques qui n'ont d'autres ambitions que de rafler la plus grande part de marché. Je suis certain que Pfizer ne serait pas contre remporter le critérium du Dauphiné Libéré, Moderna se verrait bien vainqueur du Giro et Spoutnik V le Tour de France, mais aussi pourquoi pas à Curevac le Tour du Finistère et à Novavax le Tour du Poitou-Charentes ?

La concurrence est rude et les principaux fournisseurs sont actuellement Anglais, Allemands, Américains, Russes… Mais pas Français, car SANOFI ne nous promet pas son vaccin avant la fin de l'année 2021. A l'heure de la mondialisation, nous voici à nouveau pris de vitesse car finalement cette course là est la seule qu'un Français ne peut plus prétendre remporter. Il nous est donc interdit d'y croire, mais quitte à être les premiers quelque part, le seul rêve qui nous reste, c'est qu'un chercheur mette au point le médicament qui soignerait l'anomalie cardiaque de Romain Sicard, mais aussi la pilule qui redonnerait à Théo Nonnez le plaisir de rouler, ce serait finalement la plus belle des victoires.

De Marc FAYET, comédien, auteur dramatique et metteur en scène français


Le regard et la plume de Marc Fayet

Tout le monde y pense !... Et pourtant personne n'ose !


On le sait, le travail principal d'un manager d'équipe tout au long de sa carrière c'est de chercher, trouver et garder le plus longtemps possible des sponsors. On n'imagine pas le travail que cela représente ! des centaines d'appels, de rendez-vous, de réunions, d'espoirs, de déceptions... Ce travail est aussi celui des organisateurs d'épreuves qui plus localement, sont toute l'année à l'affût des partenaires à séduire ou ceux à entretenir pour que leur course ait lieu. Ainsi que ce soient ceux qui organisent les courses et ceux qui les font, ils sont tous animés par une même volonté, celle de trouver le sponsor principal autour duquel ils pourront structurer pièce par pièce l'ensemble de leur édifice. On le sait, il en existe de fidèles, devenus presque immuables qui permettent à quelques équipes Françaises d'exister depuis deux décennies. Mais à l'heure où l'économie planétaire s'est vue fortement bousculée, tout le monde a déjà commencé à s'imaginer quel est le secteur d'activité qui est en pleine expansion, le domaine qui de toute évidence va générer des bénéfices colossaux, en un mot, là où il y aura de l'argent à solliciter… Les labos ! Mais quel manager, quel directeur du sponsoring va oser frapper à la porte de ces entreprises ayant mis au point dans leurs fioles par dizaines de millions la protection des habitants la planète ? Et pourtant ? Je ne vois pas ce qu'il y aurait de honteux de proposer à ces laboratoires une vitrine flatteuse grâce au cyclisme, preuve vivante que la santé revient, preuve mouvante que la circulation est autorisée, preuve émouvante que le contact humain est de nouveau recommandé et que tous les espoirs sont permis, notamment celui de gagner sur la vie. On le sait bien Moderna aimerait bien supplanter Pfizer qui damerait bien le pion à Astra Zeneca même si Johnson et Johnson en embuscade craint surtout la menace de Spoutnik V. Voilà des marques qui n'ont d'autres ambitions que de rafler la plus grande part de marché. Je suis certain que Pfizer ne serait pas contre remporter le critérium du Dauphiné Libéré, Moderna se verrait bien vainqueur du Giro et Spoutnik V le Tour de France, mais aussi pourquoi pas à Curevac le Tour du Finistère et à Novavax le Tour du Poitou-Charentes ?

La concurrence est rude et les principaux fournisseurs sont actuellement Anglais, Allemands, Américains, Russes… Mais pas Français, car SANOFI ne nous promet pas son vaccin avant la fin de l'année 2021. A l'heure de la mondialisation, nous voici à nouveau pris de vitesse car finalement cette course là est la seule qu'un Français ne peut plus prétendre remporter. Il nous est donc interdit d'y croire, mais quitte à être les premiers quelque part, le seul rêve qui nous reste, c'est qu'un chercheur mette au point le médicament qui soignerait l'anomalie cardiaque de Romain Sicard, mais aussi la pilule qui redonnerait à Théo Nonnez le plaisir de rouler, ce serait finalement la plus belle des victoires.

De Marc FAYET, comédien, auteur dramatique et metteur en scène français

 


Couleurs UNCP
commandez en ligne sur www.bjorka.fr
le maillot et le cuissard portés par tous les professionnels