UNCP UNCP
L'UNCP est le syndicat professionnel des coureurs cyclistes français.
Syndicat de service et de dialogue constructif.
Créé il y a plus de 60 ans, il a pour vocation la représentation des coureurs et la défense de leurs intérêts collectifs et individuels.
contact@uncp.net . Comité Directeur . UNCP B.P 36 – 38352 LA TOUR DU PIN

Sur la route Respectons nous! Campagne UNCP 2017

  • Route Pro FFC
  • Route Pro Photo Bruno Bade
  • Route d’Occitanie 2020 Photo Bruno Bade
  • Tro Bro Leon 2019 Photo Bruno Bade
  • Paris Camembert 2020 Photo Bruno Bade
jquery slider by WOWSlider.com v7.6

Le regard et la plume de Marc Fayet

Report de voies publiques


« Toujours remettre à demain ce qu'on ne peut faire le jour même ». Voici la nouvelle version du fameux proverbe qu'il a fallu renverser et transformer pour l'établir en règle de sagesse. Ainsi ils sont un certain nombre, les organisateurs de courses cyclistes, qui de manière prudente ont préféré reculer de quelques mois l'édition de leurs épreuves comme Paris-Camembert, Paris-Roubaix, le Grand prix de Denain ou encore les Boucles de L'Aulne. Ils sont à l'image de certains grands rendez-vous déjà remis comme les jeux Olympiques qui se demandent même si ce n'est pas à après-demain qu'il faudrait le repousser. Dans la vie culturelle, c'est la sortie des films, la première des pièces de théâtres, les vernissages des expositions qui ont subi cette même loi du report. C'en est devenu une sorte de logique implacable pouvant ressembler à « Un jour peut-être » ou « Plus tard si tout va bien ». Nous étions dans une spirale fataliste incontournable où les seuls mots de « On ouvre aujourd'hui » « Venez quand vous voulez » « On sera 13 à tables » « Viens là que je t'embrasse » étaient devenus des formules interdites. Ne subsistaient que « Demain peut-être » « Vous avez une attestation ? » « Montrez-moi votre test PCR » « J't'offre un café sous la pluie entre la rue Simart et la rue Nollet ? ». Autant de nouveautés comportementales qui nous ont contraint d'envisager une approche plus philosophique de la vie, qui peut ressembler à une forme d'attitude Bouddhiste accueillant sans panique tous les aléas de l'existence. Mais on connaît le danger de ces rendez-vous reportés, ils poussent à l'excès d'interrogation qui peut mener à la remise en question. Ainsi les jeunes fiancés qui envisageaient de se marier, se sont peut-être se demandés si c'est une si bonne idée que ça, car plus on y réfléchit, plus on se dit que c'est une folie, comme celle de concevoir des enfants. « Finalement, ça risque d'être un peu trop envahissant des gosses, non ? » « Oui t'as raison, on va prendre des poissons rouges, c'est moins salissant ». Le Chef d'entreprise était en droit se demander si finalement il a bien fait de vouloir s'agrandir, puisqu'il a 900 mètres carrés de bureaux pour 8 personnes sur place et 40 en télétravail.

Mais le plus délicat à gérer c'était le doute du présent et l'inquiétude du futur qui est aussi Inquiétude du présent et doute du futur. Pourtant aujourd'hui à l'approche du 19 Mai devenu un nouveau repère historique comme une date inédite de libération, nous sommes en droit de croire en l'avenir et pour nous c'est le Tro Bro Leon le 16 Mai ainsi que le Tour du Finistère le 22 Mai qui nous montreront la voie pour nous redonner de la voix et le bonheur de voir ce qu'on ne parvenait plus à entrevoir, c'est-à-dire, des épreuves sur la voie… publique.

De Marc FAYET, comédien, auteur dramatique et metteur en scène français

Le regard et la plume de Marc Fayet

Report de voies publiques


« Toujours remettre à demain ce qu'on ne peut faire le jour même ». Voici la nouvelle version du fameux proverbe qu'il a fallu renverser et transformer pour l'établir en règle de sagesse. Ainsi ils sont un certain nombre, les organisateurs de courses cyclistes, qui de manière prudente ont préféré reculer de quelques mois l'édition de leurs épreuves comme Paris-Camembert, Paris-Roubaix, le Grand prix de Denain ou encore les Boucles de L'Aulne. Ils sont à l'image de certains grands rendez-vous déjà remis comme les jeux Olympiques qui se demandent même si ce n'est pas à après-demain qu'il faudrait le repousser. Dans la vie culturelle, c'est la sortie des films, la première des pièces de théâtres, les vernissages des expositions qui ont subi cette même loi du report. C'en est devenu une sorte de logique implacable pouvant ressembler à « Un jour peut-être » ou « Plus tard si tout va bien ». Nous étions dans une spirale fataliste incontournable où les seuls mots de « On ouvre aujourd'hui » « Venez quand vous voulez » « On sera 13 à tables » « Viens là que je t'embrasse » étaient devenus des formules interdites. Ne subsistaient que « Demain peut-être » « Vous avez une attestation ? » « Montrez-moi votre test PCR » « J't'offre un café sous la pluie entre la rue Simart et la rue Nollet ? ». Autant de nouveautés comportementales qui nous ont contraint d'envisager une approche plus philosophique de la vie, qui peut ressembler à une forme d'attitude Bouddhiste accueillant sans panique tous les aléas de l'existence. Mais on connaît le danger de ces rendez-vous reportés, ils poussent à l'excès d'interrogation qui peut mener à la remise en question. Ainsi les jeunes fiancés qui envisageaient de se marier, se sont peut-être se demandés si c'est une si bonne idée que ça, car plus on y réfléchit, plus on se dit que c'est une folie, comme celle de concevoir des enfants. « Finalement, ça risque d'être un peu trop envahissant des gosses, non ? » « Oui t'as raison, on va prendre des poissons rouges, c'est moins salissant ». Le Chef d'entreprise était en droit se demander si finalement il a bien fait de vouloir s'agrandir, puisqu'il a 900 mètres carrés de bureaux pour 8 personnes sur place et 40 en télétravail.

Mais le plus délicat à gérer c'était le doute du présent et l'inquiétude du futur qui est aussi Inquiétude du présent et doute du futur. Pourtant aujourd'hui à l'approche du 19 Mai devenu un nouveau repère historique comme une date inédite de libération, nous sommes en droit de croire en l'avenir et pour nous c'est le Tro Bro Leon le 16 Mai ainsi que le Tour du Finistère le 22 Mai qui nous montreront la voie pour nous redonner de la voix et le bonheur de voir ce qu'on ne parvenait plus à entrevoir, c'est-à-dire, des épreuves sur la voie… publique.

De Marc FAYET, comédien, auteur dramatique et metteur en scène français